(Montréal) Pour une deuxième semaine de suite, la Canadienne Gabriela Dabrowski et la Brésilienne Luisa Stefani avaient rendez-vous avec la Croate Darija Jurak et la Slovène Andreja Klepac en finale d’un tournoi de double de la WTA. Cette fois, ce fut au tour de Dabrowski et de Stefani de célébrer.

Michel Lamarche La Presse Canadienne

Cinquièmes têtes de série, Dabrowski et Stefani ont eu besoin de 68 minutes pour mériter une première victoire en duo, à seulement leur troisième tournoi ensemble, l’emportant 6-3, 6-4 lors du tout dernier match de l’Omnium de tennis Banque Nationale, dimanche au stade IGA.

Face aux sixièmes têtes de série, Dabrowski et Stefani ont uni leurs efforts pour inscrire trois bris de service en six opportunités, dont deux lors du deuxième set. Elles n’ont flanché qu’une seule fois sur leur service, également lors de la deuxième manche.

Stefani a mis fin au duel à son service avec quatre points sans riposte.

« Nous sommes vraiment heureuses », a déclaré Dabrowski, en visioconférence, en compagnie de Stefani.

« Je pense que nous avons beaucoup appris de la finale de la semaine dernière et nous avons été capables de mettre en pratique ces changements stratégiques qui, je pense, étaient nécessaires pour faire tourner le match en notre faveur. Nous avons très bien fait ça », a analysé Dabrowski.

« Techniquement, nous avons abordé ce match de façon beaucoup plus intelligente à cause de la façon dont les choses se sont passées la semaine dernière », a renchéri Stefani.

« Nous nous sommes améliorées lors de chacun de nos matchs ici et nous sommes demeurées concentrées sur ce que nous avions à faire. À la fin, ç’a rapporté des dividendes. »

Outre leur revers en finale dimanche dernier, Dabrowski et Stefani avaient également atteint la phase ultime du tournoi d’Ostrava, en République tchèque, en octobre 2020.

Là encore elles avaient perdu, contre la Biélorusse Aryna Sabalenka et la Belge Élise Mertens, deux joueuses qu’elles ont vaincues vendredi en quarts de finale.

Elles joueront de nouveau ensemble au tournoi de Cincinnati, qui commencera lundi, et elles feront aussi équipe aux Internationaux des États-Unis, qui vont s’amorcer le 30 août.

Dabrowski, qui est âgée de 29 ans et qui est originaire d’Ottawa, récolte ainsi un dixième titre en carrière en double, mais un premier depuis le mois de mai 2019.

Elle et la Chinoise Xu Yifan avaient alors vaincu la paire formée de la Canadienne Sharon Fichman et de l’Américaine Nicole Melichar au tournoi de Nuremberg.

« J’avais l’habitude de probablement gagner, en moyenne, un tournoi par année. De vivre une petite disette a été un peu frustrant seulement parce que je suis passée près plusieurs fois. », a noté Dabrowski.

C’est le tennis. Parfois, vos adversaires jouent mieux que vous et sont plus intelligents que vous, et les choses ne vont pas dans la direction espérée. Ça ne veut pas dire que vous faites les choses très mal ; ça veut simplement dire que votre moment n’est pas arrivé.

Gabriela Dabrowski

Dimanche, ce moment est arrivé à Montréal, devant les spectateurs qui avaient pu avoir accès au court central.

« C’était tellement agréable de pouvoir jouer devant des amateurs de tennis canadiens. Pour moi, c’est ce qui se rapproche le plus d’un tournoi “à la maison” parce que nous n’en avons pas à Ottawa. »

« J’ai vraiment apprécié les moments passés ici, surtout hier soir (samedi) et ce soir parce que nous avons pu jouer sur le court central, et il y avait des spectateurs. Ç’a été plaisant. »