(Miami) La prochaine génération de tennismen demeure une pépinière inexploitée de talent brut.

Steven Wine
Associated Press

En l’absence de Novak Djokovic, Rafael Nadal et Roger Federer, les organisateurs de l’Omnium de Miami s’attendaient à devoir braquer les projecteurs sur les étoiles montantes de la discipline. Cependant, le portait est toujours aussi flou à l’aube de la saison sur la terre battue.

La finale présentée dimanche entre le Polonais Hubert Hurkacz (no 37) et l’Italien Jannik Sinner (no 31) était la première dans un tournoi de la série Masters 1000 depuis 2003 à opposer deux joueurs exclus du top-30 mondial. Hurkacz est aussi devenu le champion le moins bien classé à enlever les honneurs d’un tournoi de cette série depuis 2005.

Ainsi, Miami a représenté une occasion ratée pour ceux qui sont considérés comme d’éventuels champions du Grand Chelem. Daniil Medvedev, Stefanos Tsitsipas et Alexander Zverev ont tous été incapables d’atteindre les demi-finales.

« En l’absence du “Big Three”, je crois que les gars de la “NextGen” ont tout fait pour jouer de leur mieux, pour donner leur pleine mesure, a déclaré Hurkacz. J’espère que les spectateurs ont apprécié le spectacle. »

Mais que doivent penser les spectateurs de tout ça ? Une poignée de joueurs dans la vingtaine tente de déloger le « Big Three » depuis des années déjà, et aucun digne successeur n’est ressorti du lot à Miami en 2021.

Medvedev, le favori d’un tournoi Masters 1000 pour la première fois de sa carrière, a été renversé au quatrième tour par Roberto Bautista Agut. Tsitsipas, deuxième tête de série, a été évincé au même tour par Hurkacz.

« J’avais l’impression que c’était ma chance, a convenu Tsitsipas. J’avais les coudées franches pour réaliser quelque chose de gros. »

Zverev, la troisième tête de série, a été le plus décevant du lot. Il a commis trois doubles fautes alors qu’il pouvait effectuer le bris dans une défaite contre le 83e joueur mondial Emil Ruusuvuori.

Le Russe Andrey Rublev, quatrième tête de série qui domine le circuit masculin avec 20 victoires cette année, a accédé au carré d’as avant de plier l’échine devant Hurkacz.

Tout ça s’est produit après que Nadal et Federer se soient retirés avant le tournoi en raison de blessures, tandis que Djokovic décidait de demeurer chez lui en Serbie à cause de la pandémie de coronavirus.

« La nouvelle génération doit encore démontrer qu’elle peut battre le “Big Three”, a évoqué Sinner. La nouvelle génération n’est pas encore prête à les vaincre régulièrement. Ce moment viendra ; je ne sais pas quand. Ça peut prendre deux ou cinq ans, je ne sais pas. Mais ce moment viendra. »

Enfin, peut-être qu’une telle domination sautera une génération et que ce sera un adolescent en 2021 qui viendra à bout du Big Three. Sinner, un joueur de fond de terrain italien âgé de 19 ans, a fait un bond de géant à Miami, à sa troisième participation à un tournoi de la série Masters 1000.

Mais est-ce que ce sera suffisant pour venir à bout de Djokovic, Nadal et Federer ? Rien n’est moins sûr.