(New York) La Fédération américaine de tennis (USTA) a indiqué vendredi qu’elle poursuivait son projet d’organiser les Internationaux des États-Unis à New York, se disant confiante dans ses plans visant à assurer la sécurité des joueurs, malgré la pandémie incontrôlée de coronavirus.

Agence France-Presse

Le tournoi du Grand Chelem sur dur doit commencer le 31 août à huis clos, juste après celui de Cincinnati (22-28) dans les mêmes conditions, dans la bulle de Flushing Meadows.  

« Nous restons convaincus que nos efforts pour assurer la santé et la sécurité de toutes les personnes impliquées dans les deux tournois, notre priorité absolue, restent sur la bonne voie », a ajouté l’instance.

Celle-ci publiera les détails de ses protocoles de santé et de sécurité « à une date ultérieure plus proche des tournois », élaborés en concertation avec les circuits féminin WTA et masculin ATP.

Les vedettes Novak Djokovic et Rafael Nadal, inscrits pour le tournoi de Cincinnati, n’ont pas encore confirmé leur présence aux Internationaux des États-Unis, contrairement à Serena Williams et Naomi Osaka, chez les dames, qui se sont, elles, engagées à y jouer.

L’Australienne Ashleigh Barty, numéro 1 mondiale, a en revanche renoncé à le disputer.  

La région de New York, qui fut dans un premier temps la plus touchée par le virus aux États-Unis, au point que le Centre national Billie Jean King a fait office d’hôpital temporaire, est dorénavant bien moins affectée.  

« En collaboration avec notre groupe consultatif médical et notre équipe de sécurité et l’État de New York, nous avons développé un plan de santé et de sécurité solide pour atténuer le risque d’infection dans l’environnement confiné du site du tournoi et des hôtels des joueurs », a déclaré l’USTA.  

« L’État de New York continue d’être l’un des endroits les plus sûrs du pays en ce qui concerne le virus COVID-19 », a-t-elle encore argué.