Aleksandra Wozniak espérait être suffisamment rétablie de sa blessure à l'avant-bras droit pour disputer l'Omnium des États-Unis dans de bonnes conditions, mais elle a perdu son pari. Battue sèchement par l'Australienne Sally Peers, 6-0, 6-1, la Québécoise a visiblement payé pour son manque de préparation.

Michel Marois LA PRESSE

«Les médecins m'ont dit que je devrais prendre une pause bien plus longue que prévu pour soigner mon bras, a avoué Wozniak, en conférence téléphonique. C'est décourageant de perdre ainsi contre une fille que je peux battre aisément quand je suis en forme. La blessure n'est pas guérie, la douleur est revenue. Je dois revoir les physios demain (mardi) pour évaluer l'inflammation et décider de la suite des événements...»

Wozniak, 53e mondiale, n'a jamais trouvé son rythme devant à une jeune rivale qui n'est que 202e au monde. Le match n'a duré que 47 minutes et Wozniak n'a jamais réussi à garder son service. Elle n'a pris celui de sa rivale qu'une seule fois, dans la quatrième partie de la deuxième manche.

La Québécoise avait été blessée il y a un peu plus d'un mois lors d'un match contre l'Américaine Melanie Oudin au tournoi de Stanford. Elle n'avait disputé qu'un seul match depuis, au premier tour de la Coupe Rogers à Montréal, en sachant qu'elle n'était pas vraiment au sommet de sa forme. Les médecins lui ont néanmoins donné le feu vert pour aller à New York.

«Ils m'ont expliqué que je devais tester mon bras dans une situation de match, la seule qui permet vraiment de savoir où l'on en est», a noté Wozniak, ajoutant qu'elle ne remettait pas en question la décision de prendre part à l'Omnium des États-Unis, ou à la Coupe Rogers, il a deux semaines.

Cette blessure est d'autant plus regrettable que Wozniak avait retrouvé sa forme après un début de saison en demi-teinte. Elle avait aussi très bien fait l'an dernier à l'Omnium des États-Unis, atteignant le troisième tour grâce à une victoire contre la Française Amélie Mauresmo, ancienne championne du tournoi.

«C'est sûr que ça va nuire à mon classement, mais je ne pense pas vraiment à cela pour l'instant, a souligné Wozniak. L'important est de retrouver la santé afin de revenir en pleine forme et de jouer à mon vrai niveau.

«C'est une saison difficile, avec plusieurs changements et maintenant cette blessure. J'ai toutefois l'impression que je suis assez forte pour passer au travers et que j'y puiserai encore plus de courage. À long terme, j'aime penser que cela va m'aider à aller plus loin dans ma carrière.»

Wozniak devra toutefois mettre cette carrière en veilleuse au cours des prochaines semaines. Sa participation au Challenge Bell, à Québec du 13 au 19 septembre, est évidemment compromise et elle n'a pas exclu de devoir mettre un terme à sa saison afin de mieux préparer la prochaine.

«Je vais voir des médecins et des physios à New York, puis aussi à Montréal. Je veux avoir plusieurs avis avant de prendre la meilleure décision pour moi. Il ne reste plus beaucoup de tournois cette saison (surtout en Asie) et ce sera peut-être mieux d'y renoncer.»

Marino au deuxième tour

Deux autres Canadiens effectuaient leurs débuts en Grand Chelem, lundi à New York. Rebecca Marino (181e), qui travaille avec Simon Larose, a remporté son match contre la Russe Ksenia Pervak (100e), 6-4, 4-6, 7-5. L'Ontarienne de 19 ans, qui excelle sur le ciment, affrontera au deuxième tour la gagnante du match entre la troisième favorite Venus Williams et l'Italienne Roberta Vinci.

Milos Raonic (239e), 19 ans lui aussi, qui est entraîné par Frédéric Niemeyer, a perdu contre l'Australien Carsten Ball (146e), non sans avoir remporté la première manche, 6-3, 3-6, 3-6, 6-2. Le Torontois Peter Polansky (205e) disputera quant à lui son premier match mardi contre l'Argentin Juan Monaco, 30e favori du tournoi.

En double, Marie-Ève Pelletier et sa partenaire néerlandaise Michaella Krjicek entreprendront le tournoi plus tard cette semaine face à la Roumaine Monica Niculescu et à l'Israëlienne Shahar Peer, qui sont les 13e favorites. Daniel Nestor, deuxième favori du tournoi de double avec le Serbe Nenad Zimonjic, jouera aussi son premier match plus tard cette semaine.

Photo: Reuters

Rebecca Marino