Les propos de l'historien Taylor Branch ne sont pas tombés dans l'oreille d'un sourd. La NCAA a annoncé hier qu'elle assouplirait les règles qui encadrent la rétribution des athlètes.

Gabriel Béland LA PRESSE

Réunis en conseil jeudi, les directeurs de la Division I ont approuvé une série de mesures qui viennent affaiblir l'orthodoxie de l'amateurisme défendue par la NCAA depuis plus de 60 ans. Ces représentants des universités et des collèges les plus prestigieux ont accepté que les athlètes puissent maintenant recevoir 2000$ en plus de leur bourse d'études et de leurs frais de subsistance, une première.

Ils ont aussi voté pour un relâchement des règles sur les bourses d'études. Celles-ci ne pouvaient jusqu'alors être accordées que pour un an. Les joueurs qui étaient expulsés d'une équipe perdaient automatiquement leur bourse et plusieurs devaient quitter l'école, faute de pouvoir payer les droits de scolarité.

La NCAA va désormais permettre que les bourses soient allouées sur une base pluriannuelle. Un joueur pourra donc mieux négocier au sortir de l'école secondaire: il pourrait, par exemple, préférer se joindre à une université qui lui garantit des bourses d'études pendant trois ans plutôt qu'une autre qui le fait pendant un an.

Ces changements sont volontaires et chaque école aura le loisir de les mettre en place.

Rappelons que la NCAA est la plus grande organisation sportive universitaire du monde. Elle regroupe des centaines d'universités et de collèges américains et contrôle les droits télévisuels du populaire tournoi de basket-ball March Madness. Depuis 1948, la NCAA interdit à ses membres de rétribuer les athlètes étudiants autrement qu'avec des bourses d'études.

The Cartel, par Taylor Branch. On peut se le procurer sur Amazon.com et Barnesandnoble.com