C'était écrit. Ayant perdu toute confiance à l'endroit de son entraîneur Marco Schällibaum, l'Impact de Montréal a finalement décidé d'éteindre le dernier lampion allumé par le volcan suisse pour entamer une nouvelle aventure sous l'égide de Frank Klopas.

Mis à jour le 19 déc. 2013
Patrick Leduc LA PRESSE

Une décision communiquée au principal intéressé il y a un jour ou deux... Une situation qui reste assez floue, même pour le directeur sportif. Mais passons. Si l'annonce tant attendue apporte quelques réponses, l'ère de Kid Klopas - tel était son surnom du temps qu'il était joueur - commence alors que plusieurs questions au sujet du onze montréalais demeurent en suspens.

Avant même d'aborder les sujets reliés au terrain, on est en droit de se demander ce que la redistribution des rôles au sein du personnel technique changera dans la dynamique de travail. Certes, on a cru comprendre que le directeur sportif Nick De Santis aurait deux subordonnés en Klopas et Matt Jordan, désormais directeur technique. Mais il reste que les nombreux titres de directeur donnent l'impression que le secteur technique sera composé de plusieurs chefs et de bien peu d'indiens.

Bref, on aurait besoin d'un spécialiste des relations de travail pour mieux comprendre le nouvel organigramme du bleu-blanc-noir. Et malgré les belles paroles sur la communion d'idées entre Klopas et De Santis, on peut supposer que Klopas a exigé d'avoir les coudées franches pour prendre en main l'équipe. Car il serait étonnant qu'il ne soit pas au fait des tensions qui ont déjà pu gâcher l'atmosphère de travail entre l'entraîneur et la direction du club par le passé.

Or, le maintien de Mauro Biello au poste d'adjoint semble constituer un premier compromis imposé au nouveau timonier.

Des trous à combler

Frank Klopas a donc devant lui un chantier laissé en plan en raison de l'inertie de l'organisation depuis la fin de la saison. Parmi les priorités, consolider la ligne défensive et combler la perte d'un Nesta parti jouir d'un repos bien mérité sous le soleil de la Floride. On ignore toutefois si Klopas pourra compter sur des éléments fiables comme Matteo Ferrari et Hassoun Camara, dont les contrats restent à renégocier.

Par ailleurs, le nouvel entraîneur montréalais souhaiterait étoffer le milieu de terrain et le personnel sur les ailes, sans oublier la quête d'un joueur capable d'épauler Marco Di Vaio à la pointe de l'attaque. «Un joueur capable de comprendre ce dont Marco a besoin,» comme dirait Nick De Santis.

Frank Klopas, qui a impressionné ses nouveaux patrons en raison de sa capacité à extirper une équipe d'une situation difficile, est également un entraîneur reconnu pour être près de ses joueurs. Aura-t-il le doigté pour relancer un espoir comme Andrew Wenger ou a-t-il d'ores et déjà décidé de se départir de cet élément qui en laisse plusieurs perplexes? Voilà l'énigme du Sphinx qui attend Klopas au stade Saputo.

Bien qu'il partage la philosophie de la direction, Klopas aura comme objectif d'obtenir un rendement supérieur et plus constant de la part d'un effectif qui n'aura jamais trouvé de second souffle après une entame si prometteuse sous Schällibaum. En mettant le collectif et la fierté de jouer pour le bleu-blanc-noir de l'avant, Klopas aura certainement plu à un auditoire conquis lors de la rencontre avec les membres du club.

Ce discours engagé ne peut pas nuire, mais il pourrait aussi aider sa cause en répétant le genre de transaction qui lui avait permis de mettre la main sur Mike Magee pour relancer un Fire en perdition en milieu de saison 2013. Un coup remarquable dont il est sans doute encore capable. En espérant toutefois qu'il ne commence pas la saison 2014 de la même façon.