Le Real Madrid, conquérant et largement dominateur devant Valence dimanche (2-0), a profité du match nul du Barça samedi pour revenir à un point du leader de la Liga lors de la 33e journée.

AGENCE FRANCE-PRESSE

À cinq journées de la fin du Championnat, le Barça possède 84 points, le Real 83 et Valence, toujours 3e, 59.

Le Real a prouvé dimanche, en montrant beaucoup d'envie et de beaux mouvements, qu'il avait parfaitement digéré la défaite face au Barça (2-0) et qu'il se battrait jusqu'au bout pour le titre, seule possibilité de sauver sa saison et d'amortir les quelque 250 millions d'euros de transferts dépensés à l'intersaison.

L'équipe de Manuel Pellegrini, qui a signé sa 16e victoire à Santiago-Bernabeu (contre une seule défaite), a logiquement ouvert le score par Higuain (25ième minute), qui se rapproche de Messi au classement des buteurs.

Le second but, après plusieurs énormes occasions (Van der Vaart 29e, Higuain 31e et Marcelo 48e), a fini par arriver à la 78e, signé Cristiano Ronaldo.

«Ce sera un match difficile, Valence a de grands joueurs en attaque» (Villa, Silva, Mata, Pablo Hernandez, tous internationaux espagnols), avait prévenu Rafael Van der Vaart. Mata et surtout Silva (frappe sur la barre, 74e) ont été dangereux mais insuffisamment.

Le milieu néerlandais du Real avait en revanche complètement raison sur un point: le Real «joue toujours bien contre Valence».

Le Barça, bousculé et réduit à 10 après une heure, a dû se contenter d'un point samedi sur la pelouse de son voisin l'Espanyol (0-0) lors d'un derby barcelonais plutôt tendu.

Il s'agit du sixième match nul de la saison du Barça, après sept victoires consécutives.

Xavi étouffé

L'équipe de Josep Guardiola, attendue mardi par l'Inter Milan pour les demi-finales aller de la Ligue des champions, a été bien prise par l'Espanyol de Mauricio Pochettino.

Xavi a été étouffé par les milieux Forlin, Baena et Verdu et Messi n'a pu exploiter que très peu de ballons.

L'Espanyol a eu l'occasion la plus nette, en première période, avec une reprise d'Osvaldo détournée sur le poteau par un Victor Valdés encore décisif (44e).

Le Barça a curieusement moins souffert après la pause alors qu'il s'est retrouvé à 10 après le second carton jaune montré à Dani Alves (61e).

Mais les entrées de Thierry Henry et Seydou Keita (55e), à la place de Gaby Milito et Yaya Touré, ont donné plus d'allant aux «Blaugranas». Insuffisant toutefois pour espérer battre un Espanyol surmotivé.

Séville, indigent à Valladolid mardi (défaite 2-1), s'est repris à domicile samedi, prenant facilement le meilleur sur le Sporting Gijon (3-0).

Villarreal, qui a infligé une troisième défaite d'affilée à l'Atletico Madrid (2-1), fait la bonne opération dans la course à l'Europa League, profitant de la défaite de Getafe à Tenerife dimanche (3-2) et des matchs nuls de l'Athletic Bilbao (0-0 contre Saragosse) et de La Corogne (même score devant Almeria).