Le CF Montréal n’a pas fini de nous surprendre. Il est allé l’emporter au Texas, samedi soir. Une victoire de 3-2 contre le Dynamo. Une septième sur la route cette saison. La toute première à Houston de son histoire.

Mis à jour le 14 août
Jean-François Téotonio
Jean-François Téotonio La Presse

Wilfried Nancy a parlé à plusieurs reprises cette saison d’« écrire l’histoire » du club. Ses hommes répondent à l’appel, jusqu’à présent. Tellement qu’ils viennent de prendre fin seuls le deuxième rang du classement de l’Est. Devant les champions en titre du New York City FC. Et qu’ils s’approchent de l’avantage du terrain en séries.

PHOTO MICHAEL WYKE, ASSOCIATED PRESS

L’entraîneur-chef Wilfried Nancy, discutant avec Zachary Brault-Guillard, en deuxième demie

« Aujourd’hui, ce qui me rend le plus fier, c’est que les gars qui ont commencé ont fait le travail, a commenté Nancy après la rencontre. Et les gars qui sont rentrés ont fait le travail. Avec une force mentale qui est top. C’est pour ça qu’on a gagné. »

On n’a pas été géniaux dans le jeu, mais en termes d’état d’esprit, ils ont été récompensés.

Wilfried Nancy, entraîneur-chef du CF Montréal

Romell Quioto et Alistair Johnston ont été les buteurs montréalais, avant que Lassi Lappalainen ne fasse sa meilleure imitation de Messmer devant les défenseurs texans pour donner les devants aux visiteurs en deuxième mi-temps.

Et ce but à la 69e, le Finlandais le méritait. Samedi, il était récompensé avec seulement son deuxième filet de la campagne, malgré de belles performances récemment. Et quelle réussite c’était ! Porteur du ballon à gauche, il sortait ses plus beaux pas de tango scandinave – oui, oui – pour déjouer trois joueurs du Dynamo en enfilant une superbe frappe enroulée du pied droit.

PHOTO MICHAEL WYKE, ASSOCIATED PRESS

Lassi Lappalainen

Nancy était fier de son joueur après la joute.

« Je lui ai mis quelques tapes sur la tête parce qu’il n’a pas lâché, et c’est une belle leçon pour lui, a-t-il souligné. Il le fait à l’entraînement, mais il galère un peu dans les matchs. Je suis super, super content pour lui. »

Rudy Camacho est toutefois sorti après être tombé sur l’épaule en deuxième mi-temps. Mais rien de grave, selon Nancy. Même réponse pour Romell Quioto, victime de crampes pendant la seconde période.

La « bataille mentale » de Mihailovic

Le Bleu et noir a entamé son match avec un bel aplomb offensif. Au détriment d’une étanchéité à l’arrière. Ce qui a permis à Houston de s’amener à plusieurs reprises avec vitesse. Et de marquer le premier but du match à la 12minute, gracieuseté de Sebastián Ferreira, après une belle passe en profondeur de la supervedette mexicaine Héctor Herrera.

Quelques instants plus tard, le gardien texan Steve Clark commettait une véritable bourde en fauchant un Djordje Mihailovic qui se dirigeait tout droit vers la ligne de fond. Penalty. À la 15e, Romell Quioto allait ainsi marquer son 12e de la saison devant ses anciens partisans.

Ce match a d’ailleurs été la meilleure prestation de Mihailovic depuis son retour de blessure, à la mi-juillet. Un retour qui s’est fait à travers une « bataille mentale » difficile à surmonter.

« C’est quelque chose qui est difficile à comprendre pour les gens qui ne sont pas dans notre métier, a noté Mihailovic après le match. L’aspect mental. La blessure m’a terrassée. Cette dernière semaine, j’ai réussi à finalement passer outre. J’ai regardé beaucoup de vidéos, je me sentais bien mentalement. J’ai joué libéré. »

« Je le vois comme un retour après la saison morte, ajoute celui qui a été absent un mois et demi. J’ai progressé lentement en termes de forme physique. C’était mon sixième match, et le tournant pour moi. »

Rebondissements

Après une partie de billard dans la surface à la 28e, Samuel Piette servait une solide passe à Alistair Johnston à droite. Le défenseur canadien allait marquer son deuxième de la saison d’une belle frappe du pied gauche. Montréal prenait les devants 2-1.

Johnston s’est présenté en visioconférence la bière à la main, visiblement satisfait de cette belle victoire à l’étranger. Et de son but. Considère-t-il qu’il joue le meilleur soccer de sa carrière actuellement ?

« Je pense que je joue bien, honnêtement, avoue-t-il avec son sourire habituel. J’ai ajouté des trucs à mon jeu auxquels je n’étais pas habitué. […] Mais l’équipe gagne, et c’est ça l’important. On est en bonne position dans la conférence. Je préfère parler de ce que l’équipe accomplit. »

Malgré les (très) belles parades de James Pantemis, au volume, ça a fini par casser. À la 36e, Daniel Steres ramenait tout le monde à égalité.

Eh non, le scénario loufoque de cette mi-temps n’était pas encore complété. À la 43e, on accordait un autre penalty à Montréal. Après de longues minutes d’incertitude, la VAR confirmait la décision. Quioto s’amenait devant le ballon… et ratait complètement sa frappe.

Une déception momentanée, au vu du résultat final de la rencontre. Encore une fois, le CF Montréal a trouvé le moyen de l’emporter à l’étranger. Cette septième victoire améliore encore son record du club. Et dépasse même son total de gains à la maison en 2022.

« Ils aiment se battre, a analysé Nancy. Même si ça peut être difficile à certains moments. Ils ont beaucoup de courage, de la façon qu’ils jouent. Offensivement et défensivement. J’aime leur esprit. Leur force mentale. »