Il y a une petite odeur de grande équipe qui émane du CF Montréal.

Mis à jour le 4 août
Jean-François Téotonio
Jean-François Téotonio La Presse

Une équipe qui parvient à aller chercher des victoires de toutes les façons. Celle de mercredi soir, contre le Crew de Columbus en Ohio, fait partie de ses grands faits d’armes cette saison.

Montréal tirait de l’arrière 1-0 à la 87minute. Après une pause forcée de 90 minutes due à la météo. Mais comme la foudre qui frappe, sa grinta est ressortie au bon moment.

Kei Kamara a fait 1-1 à la 88e. Avec son arme de prédilection dans la surface : sa tête. Il était brillamment servi par un centre d’Alistair Johnston. L’as marqueur de la MLS devenait ainsi le troisième meilleur buteur de l’histoire du circuit Garber, à égalité avec Jeff Cunningham avec 134 buts.

Déjà, Montréal se tirait bien d’affaire.

Mais c’était sans compter la métamorphose du défenseur Joel Waterman en véritable virtuose du ballon rond. On était à 94minute, dans les arrêts de jeu. Lassi Lappalainen envoyait un long ballon vers la boîte. S’y trouvait un Canadien prêt à jouer les héros. Waterman recevait le cuir profondément sur son pied gauche. Puis l’envoyait, en tombant, vers l’intérieur du deuxième poteau. But, Montréal. Victoire, Bleu et noir.

Jason Di Tullio, de l’au-delà, devait sourire.

« J’étais dans l’émotion après cette victoire, parce que… » Wilfried Nancy a du mal à finir sa phrase. Il écarte son visage de la caméra, en visioconférence. Puis reprend son propos.

« Parce qu’on l’a représenté. »

Lorsque vient le tour de Joel Waterman au micro, on l’informe du moment d’émotion de son entraîneur quelques instants plus tôt. L’effet est contagieux.

« Ça me rend émotif d’en entendre parler, dit-il les yeux un peu rougis. On n’a pas pu le faire contre NYCFC à la maison. Mais ce soir, la grinta était là pour nous. […] On pense à lui, à sa famille, à tout le monde qui le connaissait au club. »

Le Nutella salutaire

Ce résultat, obtenu in extremis sous les orages de l’Ohio, on va se le rappeler longtemps.

Entre autres parce que Montréal vient de prendre toute une option au classement. Le Crew poussait avec neuf matchs consécutifs sans défaites avant cette rencontre. Et il semblait bien parti pour en ajouter un 10e. Le CFM a maintenant une confortable avance de 10 points devant la première équipe écartée des séries

Lorsque les deux équipes ont été rappelées aux vestiaires à la 74minute, c’était Montréal qui était en train de prendre l’ascendant. Une cellule orageuse passait au-dessus du Lower. com Field. Il était alors 21 h 15.

PHOTO JAY LAPRETE, ASSOCIATED PRESS

La rencontre a été suspendue pendant près d’une heure et demie en raison d’orages.

Le jeu a finalement repris à 22 h 41, une pause forcée qui aura donc duré environ une heure et demie. Laissons Joel Waterman raconter.

« On a simplement relaxé, dit-il. On a écouté de la musique. On essayait de s’exercer sur le vélo. Mais ils n’arrêtaient pas de retarder le retour de 10 minutes, puis de 10 autres minutes. Je commençais à avoir faim, alors j’ai pris une bouchée de Nutella. »

« J’attribue le mérite au Nutella [pour son but]. C’est un moment spécial pour le club. »

Nancy dit n’avoir donné que « deux, trois conseils » à ses hommes pendant cette période.

« Je suis fier, vraiment fier [de mes joueurs] », ajoute-t-il.

« On est à Columbus, contre une très bonne équipe. Les gars trouvent les ressources nécessaires, comme si on était à la maison, pour aller chercher le résultat. […] La manière est extraordinaire. C’est une belle histoire. On a des valeurs qui sont dans cet esprit-là. Mais aujourd’hui, il y a des faits, quoi. »

Un alignement remanié

La première mi-temps avait été laborieuse pour Montréal. La troupe de Wilfried Nancy ne parvenait pas à installer son jeu, un rythme qu’elle impose habituellement si bien.

PHOTO JAY LAPRETE, ASSOCIATED PRESS

Lucas Zelarayán célèbre son but avec ses coéquipiers.

Lucas Zelarayán ouvrait la marque à la 14minute. Son tir dans la surface était dévié et déjouait complètement un Sebastian Breza demeuré immobile.

Oui, vous avez bien lu : c’était Breza dans les buts pour Montréal. Malgré les deux jeux blancs en trois matchs pour James Pantemis le mois dernier. Ce changement s’inscrivait dans un roulement massif de l’effectif. Pas moins de sept joueurs n’ayant pas figuré sur le onze partant de Wilfried Nancy samedi dernier étaient en poste, mercredi.

Breza a néanmoins connu un de ses bons matchs. Il a sauvé les meubles à plusieurs reprises pour son équipe, avant que celle-ci ne fasse tout chambouler à son avantage.

« Quand les gardiens enchaînent les matchs, le troisième ou le quatrième commence à donner une charge émotionnelle et physique, a justifié Nancy. J’ai jugé que c’était à Seb de jouer, pour amener un peu de fraîcheur. Content pour lui, il nous a gardés dans le match. »

« Le groupe est plus fort que tout. Aujourd’hui, on l’a prouvé. Tant mieux. »