Stephanie Labbé, qui a aidé le Canada à remporter la médaille d’or aux Jeux olympiques de Tokyo, a annoncé sa retraite.

Publié le 19 janvier
Neil Davidson La Presse Canadienne

La surprenante nouvelle survient seulement deux jours après que Labbé eut été finaliste au titre de meilleure gardienne de la FIFA.

L’Albertaine de 35 ans, qui a amorcé la saison avec le club suédois FC Rosengard avant de passer au Paris Saint-Germain, en août, a été battue pour ce titre par la Chilienne Christiane Endler.

Labbé a indiqué qu’elle avait quitté le PSG et qu’elle tirerait un trait sur sa carrière ce printemps, après la deuxième moitié de la Tournée Célébration de l’équipe canadienne de soccer féminin.

« C’est le moment de parler de la fin… mais par où commencer ? Le sport a été toute ma vie. La curiosité et mes connexions ont été mes piliers durant les 30 années que j’ai passées à jouer au football », a-t-elle déclaré, dans une vidéo publiée sur son compte Instagram.

Labbé a dit qu’elle pensait à son avenir depuis un certain moment déjà et sa décision a été prise à la fin du mois de novembre.

« Honnêtement, je me suis réveillée un jour et ça m’a simplement frappé — je savais dans mon cœur qu’il était temps, a-t-elle affirmé lors d’une entrevue. Je suis tellement en confiance avec la décision et je me sens tellement prête pour la suite.

« Je sens vraiment que j’ai tout donné pour ce sport et j’y ai investi mon cœur et mon âme. Je n’ai simplement pas l’impression qu’il me reste quelque chose à accomplir, a-t-elle ajouté. Je me sens si bien par rapport à cette décision. Je n’aurais pas pu demander un meilleur moment que d’avoir conclu ma carrière avec une médaille d’or olympique et d’avoir signé un contrat avec un des meilleurs clubs au monde. »

Une blessure aux côtes a forcé Labbé à se retirer du match d’ouverture du Canada contre le Japon lors des Jeux olympiques. Elle est toutefois revenue devant le filet après avoir raté un match, bien qu’elle ait joué malgré la douleur.

Labbé est devenue une figure emblématique à Tokyo — souriant devant le filet lors de victoires sous pression en tirs de barrage contre le Brésil et la Suède.

Bien qu’elle aime toujours le sport, Labbé dit qu’elle ne ressentait plus « ce désir de vouloir aller à l’entraînement dans le but de vraiment se pousser au maximum ».

« Et pour moi, je n’ai jamais été du genre à faire les choses à moitié », a-t-elle insisté.

Labbé a également reçu des éloges pour son ouverture sur la santé mentale, détaillant ses moments difficiles vécus en 2012, après les Jeux de Rio en 2016 et pendant les Jeux de Tokyo.

En 2012, elle a quitté l’équipe nationale pour se concentrer sur sa carrière en club plutôt que sur sa place dans l’ordre hiérarchique canadien. Elle a alors manqué les Jeux de Londres, où le Canada a remporté la médaille de bronze.

Après avoir gagné la médaille de bronze aux Jeux de Rio, la médaille olympique a commencé à peser lourd sur elle. Labbé sentait que les gens s’y intéressaient plus qu’à elle. En septembre 2017, le Spirit de Washington a annoncé que Labbé prenait un congé de maladie pour le reste de la saison de la Ligue nationale de soccer féminin (NWSL).

Plus récemment, Labbé a exprimé qu’elle ne pouvait pas s’entraîner pour une partie des Jeux de Tokyo en raison de « niveaux élevés d’anxiété et de multiples crises de panique ».

Au PSG, Labbé partageait le filet avec l’Allemande Charlotte Voll et la Tchèque Barbora Votíkova. Son dernier match remonte au 16 décembre, dans une victoire 6-0 contre l’équipe islandaise Breidablik en phase de groupe de la Ligue des champions de l’UEFA.

Labbé doit rentrer au Canada jeudi avec sa fiancée, l’ancienne olympienne Georgia Simmerling, et leur chien Rio.

« Je sais que je veux continuer à faire avancer le sport au Canada, a soutenu Labbé. Je veux, bien sûr, continuer à être une voix et faire pression pour une ligue professionnelle de soccer féminin au Canada. Je veux rester dans le sport de différentes manières, continuer à inspirer les jeunes filles à rester dans le sport. »