(Paris) La Suisse s’est qualifiée en beauté pour le prochain Mondial, au Qatar, en battant la Bulgarie 4-0 lundi à Lucerne, alors que l’Italie, championne d’Europe, n’a pas réussi à gagner en Irlande du Nord (0-0) et jouera les barrages.

Agence France-Presse

L’Angleterre a beaucoup moins souffert et a définitivement assuré son billet pour le Mondial-2022 en pulvérisant Saint-Marin (10-0).

Le match nul des Italiens contre la Suisse à Rome (1-1) obligeait la « Squadra Azzura » à gagner à Belfast face à des Nord-Irlandais très solides en défense (aucun but encaissé à domicile pendant ces éliminatoires).  

Les hommes de Roberto Mancini n’ont pas réussi, ils ont douté et même déjoué, tétanisés par l’enjeu, quatre ans après un barrage dramatique pour le Mondial-2018, perdu contre la Suède.

Pendant ce temps, la « Nati », avec au départ autant de points que l’Italie, mais une moins bonne différence de buts, avait un match plus facile à gérer. Elle a dominé de bout en bout et s’est d’abord procuré une kyrielle de corners et d’occasions.

La Suisse a aussi vu deux tirs, d’Okafor et Shaqiri, repoussés par les poteaux bulgares, et deux buts refusés pour hors-jeu. Mais elle a frappé quatre fois : par Okafor de la tête (48e), Vargas en puissance (57e), Itten (72e) puis Freuler (90e+1). Le compte est bon, rien ne va plus pour l’Italie.

Dans le groupe de l’Angleterre, la Pologne (2e) sera quand même barragiste, mais elle a été battue 2-1 à Varsovie par la Hongrie et ne sera donc pas tête de série.

Enfin, pour l’honneur, dans le groupe F, l’Écosse, déjà barragiste, a battu à Glasgow le Danemark, déjà qualifié (2-0).

Ces barrages s’annoncent palpitants, voire même dramatiques, en mars prochain : douze pays au départ, dont l’Italie et le Portugal, les deux derniers champions d’Europe, et trois places seulement à la fin.