La magie a opéré pour le CF Montréal à Orlando, mercredi soir.

Frédérick Duchesneau
Frédérick Duchesneau La Presse

Sur le terrain de l’Exploria Stadium, à une vingtaine de minutes au nord-est du Walt Disney World Resort, la formation montréalaise a eu le dessus 4-2 sur l’Orlando City SC. Le CFM a disputé la majeure partie du match avec un homme de plus que les locaux, ce qui ne nuit jamais.

Après quelques poussées intéressantes, sans plus, de part et d’autre, le CF Montréal a eu droit à une première frousse hâtive.

À la 7minute, Silvester van der Water, seul dans le dos de la défense, avait battu le Montréalais James Pantemis. Mais il était hors jeu.

Une séquence bizarre, les défenseurs du CFM paraissant endormis par la chute aussi maladroite qu’inattendue d’un joueur des Lions, en possession du ballon, juste à la frange de la surface de réparation.

Une dizaine de minutes plus tard, les visiteurs ont porté le premier coup de la soirée. Au terme d’une incursion insistante, Romell Quioto – trouvé sur la gauche par Samuel Piette – a magnifiquement servi Mathieu Choinière d’un ballon lobé. À la volée, le Québécois a habilement décoché vers la lucarne gauche du gardien Pedro Gallese.

PHOTO NATHAN RAY SEEBECK, USA TODAY SPORTS

Joaquín Torres (18) se fait accrocher par Nani (17).

« Vraiment un beau ballon de Romell », a commenté le Québécois.

Une belle façon de souligner son 20départ avec la première équipe pour le produit de l’organisation. Il est le quatrième joueur formé par le club à atteindre cette marque.

À la 35minute, autre coup dur pour l’Orlando City SC. En vertu d’un deuxième carton jaune en sept minutes, le joueur désigné portugais Nani était éjecté du match. Non seulement les locaux se retrouvaient-ils en désavantage numérique pour 55 minutes, mais encore ils perdaient leur meilleur marqueur, auteur de neuf buts.

Et les Montréalais n’ont pas perdu de temps avant de profiter de ce surnombre, alors que Djordje Mihailovic – encore lui – passait savamment pour Romell Quioto. Une frappe parfaite à ras de sol. 2-0.

Mais les Lions sont coriaces. Et, à la 41minute, à la suite d’un coup franc, Chris Mueller a réduit la marque à 2-1.

Happy ending

À la reprise, le désavantage numérique des locaux ne relevait pas de l’évidence.

Et ce qui devait arriver arriva, comme le veut la formule. À la 63minute, douche froide sur les visiteurs alors que le défenseur brésilien Ruan marque son premier but de la saison. À l’origine de ce filet, un bon appel de Benji Michel aux dépens de Joel Waterman.

PHOTO NATHAN RAY SEEBECK, USA TODAY SPORTS

Ruan (2) a marqué le deuxième but de l’Orlando City SC.

Pour les hommes de Wilfried Nancy, ce n’est jamais simple…

« Comme je dis souvent aux joueurs et au staff, c’est nous. J’aimerais vivre aussi un match tranquille de temps en temps où on est en contrôle de la situation. À 2-0, 11 contre 10, on se met dans les problèmes tout seuls et après, on est obligés d’aller chercher l’énergie qu’il faut pour gagner ce match », a-t-il réagi au terme de la rencontre.

Puis, à la 69e, il a procédé à un double changement : Ahmed Hamdi pour Victor Wanyama et Lassi Lappalainen pour Joaquín Torres. Et l’impact ne s’est pas fait attendre.

Quelques minutes plus tard, Hamdi a passé à Quioto, qui a dirigé un ballon à mi-hauteur vers le Finlandais. Une déviation solide d’un angle difficile de la part de Lappalainen qui a déjoué Pedro Gallese, peut-être un peu surpris par la séquence.

Romell Quioto a donc directement participé aux trois premiers buts des siens. Le joueur par excellence du club en 2020 a maintenant 4 buts et 6 aides en seulement 13 matchs, dont 10 départs.

À la 80minute, Sunusi Ibrahim, rentré deux minutes plus tôt pour le Hondurien, a mis un coup de pied de coin de Mihailovic dans le fond du filet des Floridiens.

Il s’agissait d’une 10passe décisive pour l’Américain, fabricant d’occasions par excellence de la troupe de Wilfried Nancy. Il vient au deuxième rang de la MLS au chapitre des aides.

L’entraîneur-chef a eu la main plus qu’heureuse avec ses changements, c’est le moins qu’on puisse dire.

L’idée avec Lassi et Sunusi, c’était de continuer à avoir ces courses en profondeur.

Wilfried Nancy

C’était dans le sac pour le CF Montréal. Puis, Andrés Perea s’est assuré qu’il n’y ait pas de doute quant à l’issue de la rencontre en écopant à son tour d’un carton rouge sur une obstruction flagrante.

Les Montréalais rentrent à la maison avec une récolte très importante dans cette course aux séries. Trois points qui permettent au CF Montréal (9-8-7) de passer du huitième au sixième rang dans l’Association de l’Est.

Trois points seulement séparent maintenant le neuvième échelon du quatrième.

En ce sens, le prochain match du CF Montréal, dimanche à 13 h, contre le Fire de Chicago, 6-13-5 et 12e dans l’Est, revêt une importance capitale.

Avec 10 matchs à jouer, un adversaire vulnérable qui n’a gagné qu’une fois sur la route ne doit pas voler de points au stade Saputo. Malgré l’énergie perdue inutilement mercredi soir…

92,5 %

C’est la proportion de passes réussies, très élevée, du CF Montréal dans ce match. Jouer en surnombre aide évidemment, mais ce taux était déjà haut avant la première éjection d’un joueur adverse.

9

Nombre de coups de pied de coin du CFM… soit neuf de plus qu’Orlando.