Après avoir mené 2-0, le CF Montréal doit se contenter d’un verdict nul contre l’Atlanta United FC

Frédérick Duchesneau
Frédérick Duchesneau La Presse

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les fans ne s’ennuient pas depuis leur retour au stade Saputo. Après la victoire de 5-4 contre Cincinnati à la mi-juillet, ils ont eu droit à une deuxième mi-temps très divertissante, mercredi soir.

Il y avait environ 11 000 fans dans les gradins du stade Saputo. Le CF Montréal n’avait pas joué devant une telle foule depuis un an et demi environ. Et l’énergie transmise a trouvé écho sur le terrain.

Atlanta United FC est arrivé dans la métropole en n’ayant pas gagné à ses 11 derniers matchs (0-5-6) et sans victoires sur la route (0-4-5) cette année. En outre, seules deux équipes avaient marqué moins souvent cette année.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Quelque 15 000 fans étaient de retour au stade Saputo.

N’empêche, contrairement à celui contre Miami le week-end dernier, ce duel ne devait pas être considéré comme un match-piège, a dit l’entraîneur-chef Wilfried Nancy en début de semaine. Plutôt comme un match à la maison que devait gagner son club. En particulier, après trois revers de suite.

Le message semble avoir été entendu, ses joueurs entamant la rencontre avec conviction. Dès la 3minute, une action conduite par Joaquín Torres, Djordje Mihailovic et Victor Wanyama a généré une occasion intéressante. Un solide départ.

Puis, quelques instants plus tard, c’est à l’autre extrémité qu’on a répondu à l’appel, alors que le gardien James Pantemis s’est dressé pour priver Atlanta de l’avance.

À la 13minute, Samuel Piette a fait une entrée prématurée afin de remplacer Ahmed Hamdi, blessé.

L’apport de Torres

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Joaquín Torres

Joaquín Torres a de nouveau apporté beaucoup de dynamisme à l’avant. À la 41minute, c’est encore lui qui a été à l’origine d’une bonne frappe – trop haute – de Wanyama, tout juste de l’extérieur de la surface de réparation.

Puis, à la 53e, il a été au cœur du premier but du CF Montréal. Une superbe construction en plein centre, de Miller à Torres, puis Toye. Un 7e but déjà pour l’Américain.

L’Argentin de 5 pi 5 po a maintenant participé à cinq des huit derniers buts de la formation montréalaise (2 buts, 3 aides).

Et il pourrait presque être crédité d’une demi-aide sur le filet suivant. Si une telle chose était possible. Sa montée en puissance a provoqué un coup de pied de coin de Mihailovic – lui aussi très impliqué – qui a atterri dans les lacets de Rudy Camacho. Le défenseur français a parfaitement placé le ballon dans la lucarne. 2-0 à la 63minute. Et déjà un 6but accordé sur corner par Atlanta cette saison.

Le CF Montréal semblait en voiture.

Retournement de situation

Mais deux minutes plus tard, le dangereux Josef Martinez – de qui était venue une alerte tôt en deuxième mi-temps – a concrétisé une longue montée de son coéquipier Ezequiel Barco, et c’était subitement 2-1.

« Le but qu’on prend juste après notre deuxième nous fait mal », a commenté un Wilfried Nancy qui n’a pas caché son agacement.

Puis, à la 76minute, le ciel s’est abattu sur la tête des Montréalais alors que Rudy Camacho s’est vu décerner un carton rouge pour une action sur Josef Martinez dans la surface de réparation.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Les joueurs du CF Montréal contestent le carton rouge de Rudy Camacho.

Marcelino Moreno n’allait pas rater une telle occasion sur tir de pénalité. 2-2. Un 5e but pour lui cette année. Et un 6e accordé dans le dernier quart d’heure de jeu par le club montréalais.

Attendez, ce n’est pas fini ! Au terme d’une mêlée costaude devant le filet de James Pantemis, Victor Wanyama et Josef Martinez se sont tous deux fait éjecter du match. Après qu’ils eurent quitté le terrain côte à côte, le CF Montréal s’est donc retrouvé à neuf contre dix.

Des cartons rouges contre les siens mérités, a dit l’entraîneur-chef Nancy. Il a néanmoins donné « un coup de chapeau » à ses joueurs pour avoir protégé le point restant.

En fait, malgré ce désavantage, c’est son club qui a failli sortir vainqueur de ce match. À la 88minute, après une longue chevauchée en solitaire, Zachary Brault-Guillard – entré deux minutes plus tôt pour Torres – a logé le ballon… sur la barre transversale.

Ah oui, le score final au terme de tout ça ? 2-2.

Blessés, Ballou, Tabla, Clément Diop, Romell Quioto et Lassi Lappalainen n’étaient pas en uniforme.

Amar Sejdić, échangé par le CF Montréal il y a un mois, était du onze de départ du côté des visiteurs.

Les 12 derniers matchs du CFM se sont soldés par des nulles ou ont été décidés par un but (4-5-3). Le dernier avec deux buts d’écart remonte à sa victoire de 2-0 contre Miami le 12 mai.

Le CF Montréal (6-6-4) jouera son prochain match dimanche soir face au D.C. United (6-7-3). Sans Aljaž Struna (5carton jaune), Rudy Camacho et Victor Wanyama…

De l’ambiance

S’il y avait de l’énergie dans le stade, il y en avait aussi à l’extérieur avant la rencontre. Comme il n’y en avait pas eu depuis deux ans, par la force des choses.

Le 17 juillet, il y avait bien 5000 spectateurs. Mais cette fois, avec un maximum de 15 000 spectateurs permis, les stationnements extérieurs – sur Viau, notamment – ressemblaient davantage à ce qu’on a l’habitude de voir et d’entendre avant un match de soccer.

Des attroupements. Des fans rassemblés en cercle qui s’échangent un ballon bruyamment.

Un certain retour à la normalité. Enfin.