(Montréal) Wilfried Nancy et les joueurs du CF Montréal n’ont probablement pas beaucoup de bons souvenirs de leurs récents passages au domicile du Revolution de la Nouvelle-Angleterre. Rien n’empêche que Nancy ne semble nullement intimidé à l’idée de rendre visite à une équipe qui, en plus, survole le reste de la compétition dans l’Association Est de la MLS.

Michel Lamarche La Presse Canadienne

En fait, en visioconférence vendredi, Nancy a laissé transparaître une certaine fébrilité en vue du rendez-vous de dimanche soir au Gillette Stadium, à Foxborough.

« Ce sont des matchs excitants à jouer. On a hâte de jouer contre la meilleure équipe de notre association en ce moment », a affirmé Nancy sans détour.

Le match de dimanche mettra aux prises le Revolution, une formation établie, considérée parmi les plus sérieuses candidates à la conquête de la MLS Cup, au CF Montréal, une équipe qui, en début d’année, comptait beaucoup de points d’interrogation, plusieurs nouveaux joueurs et un nouvel entraîneur-chef.

Les questionnements étaient si nombreux au sujet du CF Montréal que plusieurs observateurs avaient même de la difficulté à lui prédire un classement final. Résultat : plusieurs d’entre eux ont placé la troupe montréalaise au dernier rang dans l’Est.

Or, aidé par une séquence de six matchs sans défaite qui a pris fin mercredi soir, le CF Montréal (6-4-4) occupe actuellement le cinquième échelon.

Malgré cela, les doutes persistent chez certains analystes qui considèrent que l’équipe montréalaise n’a pas joué contre beaucoup de « gros clubs » en 2021.

« Qu’est-ce que ça veut dire, “ grosse équipe ou petite équipe ” ?, a demandé Nancy. Est-ce que nous nous considérons comme une petite ou une grosse équipe ? Je ne sais pas. New York City, Cincinnati, toutes les équipes que nous avons affrontées, est-ce que ce sont des petites équipes ou des grosses équipes ? », a-t-il enchaîné

En fin de compte, on sait qu’on va jouer un match super excitant contre une équipe qui est en tête du classement. On va être prêts et on va essayer de lui causer des problèmes.

Wilfried Nancy

De son côté, le Revolution (9-3-3) vient de gagner ses deux derniers matchs, à l’étranger, par un score cumulatif de 6-0. Il affiche un dossier de 5-1-0 à domicile — le Toronto FC lui a infligé sa seule défaite, le 7 juillet — et ses 28 buts marqués en 15 parties lui confèrent le premier rang à ce chapitre dans la MLS.

Gustavo Bou et Adam Buksa sont les piliers offensifs de cette équipe avec sept buts chacun. Carles Gil contribue d’une autre manière en accumulant les mentions d’aide (12).

Là encore, Nancy aborde ce défi avec une certaine ferveur.

« Ce sont trois bons joueurs, on connaît leurs qualités. Des joueurs avec des profils différents. On a hâte de les affronter, car on aime jouer contre des joueurs qui sont talentueux. »

Depuis la saison 2016, la formation montréalaise présente une fiche de 1-5 en Nouvelle-Angleterre, avec un seul but marqué, le 23 septembre dernier.