(Montréal) Raphaël Toulouse est sans doute un jeune homme sage et prudent. C’est probablement ce qui explique pourquoi il s’est arrêté sur le bord de la rue, mercredi alors qu’il se dirigeait chez lui, avant d’appeler la personne qui allait l’aider à obtenir un billet pour le retour du CF Montréal au stade Saputo samedi.

Michel Lamarche La Presse Canadienne

« J’étais assez excité. J’étais content », a raconté M. Toulouse, assis sur la pelouse près de l’entrée ouest du stade, environ une heure avant le match contre le FC Cincinnati samedi soir.

« À la seconde que je l’ai su, je savais que j’allais être ici. Dans ma tête, j’étais convaincu. Même si, dans les 5000 billets disponibles, je n’aurais pas été capable de m’en trouver un, j’en aurais trouvé d’une autre façon. À 10 h jeudi matin, j’ai eu la chance de commander mon billet. Ç’a pris quatre minutes », a précisé ce détenteur de billets de saison.

Et comme la distance ne semble pas avoir d’importance, le jeune homme a quitté son domicile de Jonquière pour passer un petit week-end à Montréal et assister au premier match au stade Saputo en dix mois.

« Je suis un grand fan de soccer. J’ai commencé à suivre l’équipe au début de la MLS, mais l’arrivée de (Didier) Drogba m’a vraiment donné la piqûre. Je suivais déjà l’Impact. J’ai toujours eu un gros lien avec l’Impact, mais encore plus après l’arrivée de Drogba », explique-t-il.

Les 5000 billets disponibles, en principe réservés aux détenteurs de billets de saison, ont tous trouvé preneurs bien que les spectateurs présents ne faisaient pas nécessairement tous partie de cette catégorie. Certains amateurs ont notamment réussi à mettre la main sur des billets à l’aide de revendeurs.

Ce n’est toutefois pas le cas de Marc-André Gagnon et sa mère Louise Blanchet, des résidants de la Rive-Sud de Montréal et détenteurs de billets de saison, qui n’ont pas perdu de temps non plus pour réserver leurs billets pour le match de samedi.

« Notre réaction, ç’a été de dire yes, on y retourne ! », a déclaré M. Gagnon.

J’ai eu une petite larme. Je sais que quand je vais voir le terrain tout à l’heure, l’émotion va monter.

Marc-André Gagnon

Outre le plaisir de revoir en personne un sport qu’ils affectionnent, M. Toulouse, M. Gagnon et Mme Blanchet étaient également heureux de retrouver une équipe qui joue au-delà des attentes.

« Est-ce le travail de Thierry Henry et de Wilfried Nancy qui continue ? Est-ce que ce sont les nouveaux joueurs, le talent d’Olivier Renard de trouver des joueurs que personne ne connaît et qui font le travail », a noté M. Gagnon.

Tout en se disant agréablement surpris de ce qu’il a vu jusqu’à maintenant, M. Toulouse doute que la formation montréalaise puisse aspirer aux grands honneurs dès cette année.

« C’est une équipe qui me surprend encore et qui est en progression. On ne gagnera pas la Coupe MLS. Je serais très surpris et je serais énormément content, mais honnêtement je la vois plus comme une équipe en reconstruction qui surprend », a-t-il analysé.

« Je considère plus le CF Montréal dans ce groupe d’équipes-là, pas le genre comme Columbus, ou New York City ou la Nouvelle-Angleterre, qui peut pousser pour un championnat. Tant mieux si on peut pousser pour un championnat cette année. Ça va juste prouver que le projet d’Olivier Renard a avancé plus vite et le personnel d’instructeurs avec Wilfried Nancy a été très solide. »