Pour vivre la fébrilité des séries éliminatoires de la MLS, les joueurs de l’Impact de Montréal auront probablement besoin de l’aide d’autres équipes. Car ils semblent incapables de prendre le contrôle de leur destinée.

Michel Lamarche
La Presse Canadienne

La formation montréalaise a continué de faire du sur place dans l’Association Est, s’inclinant 1-0 contre le Nashville SC, mardi soir au Red Bull Arena.

Randall Leal, à la 33e minute, a inscrit le seul but du match, qui a permis à Nashville SC (7-6-7) de se hisser au septième rang dans l’Est, avec 28 points.

Face à un rival qui n’a concédé que 18 buts cette saison, l’Impact a été blanchi pour une troisième fois en 2020, une première depuis le 28 août contre le Toronto FC. La formation montréalaise avait marqué au moins un but à ses 13 dernières rencontres.

À la suite de ce septième revers à ses dix dernières sorties, l’Impact (7-12-2) demeure au neuvième échelon dans l’Est avec 23 points. Ce sont deux points de plus que l’Inter Miami CF et le Fire de Chicago qui possèdent une et deux parties en banque, respectivement.

Ces deux formations auront l’occasion de passer devant l’Impact mercredi soir alors que Miami affrontera le FC Dallas tandis que Chicago livrera bataille à l’Union de Philadelphie.

L’Impact sera de retour sur le terrain du Red Bull Arena dimanche soir pour un duel qui s’annonce peu commode contre le Orlando City SC, quatrième dans l’Association Est et déjà assuré de prendre part aux séries éliminatoires.

Ce sera son avant-dernier match du calendrier régulier. L’Impact complétera sa saison le dimanche 8 novembre, contre D. C. United.

Inattention

Après un début de match marqué par la prudence de part et d’autre, le Nashville SC a commencé à imposer sa présence dans la moitié de terrain de l’Impact.

Cette pression grandissante a mené au but de Leal, réussi grâce à la présence d’esprit d’Alex Muyl mais aussi à cause de l’inattention des joueurs de l’Impact.

Projeté au sol au centre du terrain, Muyl s’est relevé rapidement pour effectuer le coup franc qui s’est transformé en passe à Leal, qui s’était glissé derrière les défenseurs Luis Binks et Jorge Corrales.

Leal s’est présenté seul devant Diop, qui a foncé vers lui, mais son tir du pied gauche s’est faufilé à la droite du gardien de l’Impact.

Lors de sa visioconférence d’après-match, Thierry Henry a qualifié la séquence « d’erreur gigantesque ».

« J’aimerais savoir », a-t-il répondu lorsque qu’un journaliste lui a demandé s’il pouvait expliquer ce moment d’inattention.

« Vous avez vu la même chose que moi, nous en avons parlé. Être attentif. Nous en avons parlé après le match contre Philadelphie, nous en avons parlé après chaque match. Encore une fois, nous n’avons pas couvert la course. Que vous jouiez avec quatre ou cinq arrières, ça n’a pas d’importance. Quand vous commettez une erreur comme celle-là, vous allez être punis. »

L’Impact a montré plus de dynamisme au début de la deuxième demie et Piette est venu près d’égaler le score, à la 50e minute, à l’aide d’un tir décoché tout en tournant sur lui-même, de la surface de réparation, que le gardien Joe Willis a capté de ses deux mains en se laissant choir au sol.

Piette, qui participait à un 100e match avec l’Impact, avait le sentiment qu’il a précipité son geste et qu’il n’avait peut-être pas exploité à fond cette occasion de marquer.

« Avec leur bloc très compact, je savais qu’il allait y avoir beaucoup de joueurs adverses dans la surface de réparation. Je me suis retourné du côté gauche, je me suis dit que le gardien allait anticiper à sa gauche, donc à ma droite, puis la frappe était un peu écrasée. J’étais déçu parce que c’est là que j’ai réalisé que j’avais peut-être un peu plus de temps, le temps de lever la tête, bien analyser où j’étais. »

Ce tir de Piette était le deuxième cadré de l’Impact dans le match. Ce fut aussi son dernier.

« On ne tire pas, on ne centre pas », a déploré Henry.

« À la fin, il y a un ballon d’Amar (Sejdic) devant la surface, il ne tire pas. À un moment donné, si tu ne tires pas, il y a moins de chances d’avoir des tirs cadrés. Si tu regardes l’autre équipe, elle tire de partout, forcément, On se retrouve dans de bonnes situations et on ne tire pas, on ne cadre pas », a répété l’entraîneur-chef de l’Impact.

L’Impact a cru qu’il avait ramené le match à égalité à la 85e minute lorsque Romell Quoto a logé le ballon derrière Willis après un superbe centre de Bojan.

Le juge de lignes a immédiatement décrété un hors-jeu, une décision qui a été validée par l’arbitrage par vidéo assistée.