(Lisbonne) Neymar, Mbappé, Ibrahimovic… et maintenant Ronaldo. Le joueur vedette portugais Cristiano Ronaldo est le dernier footballeur à avoir contracté le coronavirus, laissant le Portugal et son club la Juventus Turin avec un vide handicapant en attaque.

Agence France-Presse

« Nous respectons toutes les mesures de sécurité… et pourtant c’est arrivé », a affirmé incrédule Fernando Santos, l’entraîneur de la sélection lors d’une conférence de presse.

Asymptomatique et en quarantaine

Le joueur portugais de 35 ans a « été déclaré positif à la COVID-19 et ne jouera pas contre la Suède » mercredi dans le cadre de la Ligue des nations, avait annoncé un peu plus tôt la Fédération portugaise de football, précisant qu’il était « asymptomatique » et se trouvait « en quarantaine ».

Depuis l’arrivée de l’équipe, « nous faisons des tests tous les jours », a expliqué Fernando Santos lors de la conférence qui a suivi l’entraînement de l’équipe à Oeiras, dans la périphérie de Lisbonne, initialement prévu mardi matin mais qui a été reportée après le test positif de Ronaldo.

Depuis une semaine, les joueurs et l’équipe technique « vivent dans une bulle », a-t-il indiqué précisant que Ronaldo avait répété le test de dépistage mardi matin pour confirmer un premier résultat.  

Pour les Portugais, à égalité de points avec la France dans le groupe 3 de la Ligue des nations, cette absence risque de peser mercredi contre la Suède. Au match aller à Solna (2-0), l’attaquant avait marqué les deux buts de la victoire, dépassant la barre symbolique des 100 buts internationaux.

D’autant que la sélection portugaise commence à ressembler à un foyer de contamination : Ronaldo est en effet le troisième joueur à attraper le coronavirus dans cette fenêtre internationale de deux semaines, après le défenseur José Fonte (Lille) et le gardien Anthony Lopes (Lyon).

Les autres joueurs portugais, testés mardi matin, « sont tous négatifs », a précisé Fernando Santos. Tout comme ceux de l’équipe de France, qui ont affronté les Portugais deux jours plus tôt (0-0) et sont arrivés mardi en Croatie, selon la Fédération française.

La Juventus dans l’embarras

Mais c’est surtout pour la Juventus Turin, où Cristiano Ronaldo a déjà marqué trois buts et délivré une passe décisive en… deux journées de Championnat, que ce test positif est un coup dur.

Selon le protocole sanitaire en vigueur en Italie, le quintuple Ballon d’Or doit en effet rester à l’isolement pendant dix jours et fournir ensuite un test négatif pour pouvoir recommencer à jouer.

Il va donc manquer avec certitude le prochain match de Série A, à Crotone, mais surtout l’entrée en lice de la Juventus en Ligue des champions, contre le Dynamo Kiev (mardi 20).

Sous réserve d’un bon état de santé, il pourrait donc revenir pour la réception du Hellas Vérone, dimanche 25 octobre, et serait surtout disponible pour la réception, le 28 octobre en C1, du FC Barcelone de son rival Lionel Messi.

Cette mauvaise nouvelle donne aussi une autre tonalité à son départ en début de semaine dernière pour le rassemblement de l’équipe portugaise, en violation du protocole sanitaire de Série A.

Ronaldo avait quitté, comme d’autres internationaux de la Juve, l’hôtel où les joueurs de l’équipe étaient à l’isolement après deux cas de COVID-19 détectés au sein du club, sans attendre le feu vert de son encadrement.

La Juve a signalé son départ aux autorités sanitaires qui ont transmis ce manquement au protocole à la justice. Le joueur risque une amende.

Au Portugal les réactions n’ont pas tardé. Le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa a souhaité « un prompt rétablissement », tandis que la mère de l’attaquant, Dolores Aveiro, lui a apporté publiquement son soutien.  

« Dieu donne des grandes batailles à de grands guerriers. C’est une guerre de plus que tu vas vaincre, mon fils », a-t-elle écrit sur son compte Instagram.