Il y a environ une semaine, après ses trois victoires consécutives par jeu blanc, le Toronto FC semblait irrésistible et inatteignable depuis le début du volet canadien de la relance de la saison de la MLS.

Michel Lamarche La Presse Canadienne

Toutefois, deux défaites d’affilée que peu d’observateurs auraient pu prédire ont ouvert la porte à l’Impact de Montréal.

En s’inclinant dans leur château fort – sans le moindre partisan – mardi dernier devant l’Impact, puis face aux Whitecaps de Vancouver dans l’Ouest canadien quatre jours plus tard, les hommes de Greg Vanney se sont compliqué l’existence.

À un point tel que l’Impact (2-1-0) pourrait rattraper le Toronto FC (3-2-0) dans la bataille pour une qualification en finale du Championnat canadien avec une victoire contre ses grands rivaux, mercredi, au stade Saputo.

Si un tel scénario devait se concrétiser, l’Impact et le Toronto FC se retrouveraient à égalité au sommet du classement du tournoi canadien, sauf que le Toronto FC aura terminé tous ses matchs de ce segment de la saison. De son côté, l’Impact aura deux autres parties à jouer, toutes deux à Vancouver, les 13 et 16 septembre.

Autre détail qui n’est pas à négliger : une victoire de l’Impact lui donnerait un total de 16 points au classement de l’Association de l’Est de la MLS, soit deux de moins que le Toronto FC, avec deux matchs en main.

Lors d’une visioconférence mardi, l’entraîneur-chef Thierry Henry a plusieurs fois fait l’éloge de ses adversaires. Il a notamment fait remarquer que le Toronto FC perdait rarement trois parties consécutives. Surtout, il a rappelé que ses joueurs auront une lourde tâche à remplir pour signer un autre gain.

« Avant de parler de victoire, il faut qu’on respecte leur structure au niveau défensif. Pareil au niveau offensif. Il faut essayer de les gêner. C’est une équipe qui est vraiment difficile à manœuvrer, que ce soit sur le plan défensif ou offensif. Après, on fera les comptes à la fin du match. On verra bien ce qu’il va se passer.

« Mais il va falloir fournir encore un gros match contre une très bonne équipe, qui sait garder le ballon, qui sait te mettre sous pression. Et nous, on va essayer de faire la même chose que chez eux en ayant un peu plus, peut-être, de finition sur certaines actions. Il va falloir rester concentrés. »

Bien sûr, on sait très bien que si on gagne, ce sera toujours mieux qu’une défaite. On va essayer de les rebattre, même si ce n’est pas toujours facile contre une équipe comme ça, surtout après sa deuxième défaite à Vancouver.

Thierry Henry

Vanney a résumé la situation de son équipe avec deux phrases toutes simples. « Le dernier match et notre dernière opportunité d’avoir un impact dans ce tournoi. Pour nous, c’est une finale. »

« Lorsque nous affrontons Toronto, c’est difficile », a noté Henry, lorsque mis au courant du commentaire de Vanney.

« Je comprends ce que Greg dit et je suis d’accord jusqu’à un certain point. C’est un match que nous voulons gagner, c’est un match qu’ils veulent gagner, comme c’est toujours le cas lorsque vous vous présentez sur le terrain. C’est une équipe très difficile à battre », a répété Henry.

« On est bien reposés »

Le duel de mercredi mettra en présence deux équipes aux parcours différents au cours de la dernière semaine.

Le Toronto FC en sera à un troisième match en huit jours, son périple à Vancouver compris. Les joueurs de l’Impact n’ont pas joué depuis leur gain de 1-0 au BMO Field, et ils ont pu passer toute la semaine chez eux, auprès des leurs.

« On est dans un bon état d’esprit. On sait que si on gagne demain [mercredi], ça nous met en excellente position pour remporter ce petit tournoi contre les équipes canadiennes, ce qui nous amènerait potentiellement à la finale du Championnat canadien », a souligné le milieu de terrain Samuel Piette, qui ne néglige pas le talent au sein du Toronto FC.

« On est à la maison, on est bien reposés, Toronto a joué à Vancouver il y a quelques jours. Je pense que demain [mercredi], il faut y aller comme on a fait contre Toronto [la semaine dernière], ne pas être passifs, mais surtout être une équipe qui veut aller vers l’avant, autant offensivement que défensivement. On sait ce qu’on a à faire. Il faut juste le faire [mercredi]. »

Dans un autre ordre d’idées, l’Impact a annoncé l’acquisition d’une place de joueur étranger pour le reste de la saison 2020 et la saison 2021 de D.C. United, en échange de 75 000 $ de somme d’allocation générale en 2020 et de 150 000 $ de somme d’allocation générale en 2021.

Toronto FC c. Impact, mercredi à 20 h au stade Saputo