L’entraîneur-chef Greg Vanney, du Toronto FC, un bon juge de son équipe, a aimé de qu’il a vu à l’entraînement cette semaine en prévision du tournoi de relance de la MLS. Le fait qu’il ait plu vendredi matin en Floride, rendant les conditions météorologiques plus fraîches, n’a pas nui.

Neil Davidson
La Presse canadienne

« Nous avons tenu des séances relativement légères, nous avons ajouté quelques éléments tactiques et les gars ont eu un peu de plaisir », a décrit Vanney.

« Pour moi, ç’a été une sorte de grand moment dans un environnement qui, parfois, peut paraître un peu tendu et très stérile. C’était bon pour les gars de se divertir un peu sur le terrain de soccer. Parce qu’à bien des égards, c’est ce qui importe. Pour cette raison, je me sens bien par rapport à notre position actuelle. Je pense que les gars commencent à être excités à l’idée de jouer. »

Le Toronto FC amorcera sa phase de groupe dimanche matin contre D. C. United. L’Impact de Montréal a subi une défaite de 1-0 jeudi face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre dans le premier match du groupe C.

Le match doit commencer à 9 h et on prévoit un mercure de 28 degrés Celsius, avec une température ressentie de 32 Celsius sur le site du complexe Wide World of Sports d’ESPN. À 11 h, les prévisions font état d’une température de 30 Celsius et d’un ressenti de 37 Celsius.

Ce sera le premier match du Toronto FC depuis une victoire de 1-0 à domicile contre le New York City FC, le 7 mars. Cinq jours plus tard, la COVID-19 forçait la ligue à interrompre le calendrier.

Sur le terrain, les partisans du Toronto FC pourraient avoir l’occasion de jeter un premier regard sur l’ailier Pablo Piatti, le joueur désigné originaire de l’Argentine dont le début a été retardé par une blessure à un ischiojambier. La complicité entre Piatti et le fabricant de jeu espagnol Alejandro Pozuelo pourrait s’avérer alléchante.

Pour Michael Bradley, par ailleurs, le match de dimanche sera son premier depuis le 10 novembre, lorsqu’il s’est blessé à une cheville lors de la grande finale pour l’obtention de la Coupe MLS à Seattle. Le vétéran de 32 ans s’est soumis à une opération en janvier parce que la cheville ne répondait pas au processus de rééducation.

Parce que le Toronto FC doit affronter l’Impact dès mercredi, Vanney va probablement puiser profondément dans les ressources de sa formation.

PHOTO CHRIS YOUNG, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Greg Vanney

Les choix ne manqueront pas. La formation torontoise a gardé 17 des 18 joueurs qui ont revêtu l’uniforme lors de la finale de la Coupe MLS. L’attaquant français Nicolas Benezet, maintenant au Colorado, est le seul de ce groupe ayant quitté le Toronto FC.

Toutefois, les réservistes sont jeunes. Dix des joueurs inscrits au sein de l’alignement du Toronto FC sont âgés de 22 ans ou moins.

Valeur connue

Bien que les 24 équipes participant au tournoi — le FC Dallas et le Nashville SC ont été contraintes de se retirer à cause de trop nombreux cas de la COVID-19, — demeurent en période de rodage compte tenu du peu de temps de préparation, le Toronto FC est davantage connu.

« Vous savez que vous allez affronter de la qualité », a déclaré l’entraîneur-chef de D. C. United, Ben Olsen.

« Et vous savez que vous allez retrouver une équipe qui, d’une certaine manière, est moins en période de rodage à cause du peu de changements au sein de la formation au cours des récentes années. Il y a beaucoup de joueurs qui sont de retour, et bon nombre d’entre eux sont des joueurs de qualité. Cet élément représente un défi emballant pour notre groupe. »

D. C. United se souvient aussi de sa défaite de 5-1 en première ronde des séries éliminatoires l’an dernier face au Toronto FC au BMO Field. Après avoir forcé la prolongation grâce à un but marqué pendant les arrêts de jeu, D. C. United a alloué quatre buts rapides.

« Nous n’avons pas besoin de sources de motivation additionnelle, mais c’est certain que nous aimerions prendre notre revanche », a admis Olsen.