(Londres) La fédération anglaise de football (FA) a annoncé vendredi la démission du médecin de l’équipe nationale, Rob Chakraverty, après des révélations sur ses activités quand il s’occupait de l’équipe britannique d’athlétisme, au moment du scandale de dopage lié à l’entraîneur américain Alberto Salazar.

Agence France-Presse

Fin février, une émission de la BBC, Panorama, avait exhumé des comptes-rendus d’auditions du quadruple champion olympique de fond et demi-fond, Mo Farah, datant de 2015, où il reconnaissait avoir reçu des injections de L-Carnitine, un acide aminé, avant le marathon de Londres en 2014.

PHOTO D’ARCHIVES MIKE SEGAR, REUTERS

Le coureur britannique Mo Farah durant le marathon de Chicago le 13 octobre 2019. Il a admis avoir reçu du Dr Chakraverty une injection d’une substance interdite.

Si la L-Carnitine est une substance autorisée et communément utilisée, le Dr Chakraverty avait exprimé des réserves sur les effets secondaires possibles d’une injection, tout en procédant à cette dernière, mais sans en garder aucune trace écrite.

Ces auditions avaient eu lieu devant les autorités antidopage américaines qui enquêtaient sur les pratiques de Salazar dans le cadre du Nike Oregon Project, pour lequel le coach américain a finalement été suspendu pour 4 ans en octobre dernier.

PHOTO ADRIAN DENNIS, AFP

L’entraîneur américain déchu Alberto Salazar durant un entraînement avant les Championnats mondiaux d’athlétisme de 2015 à Pékin.

Rob Chakraverty était depuis 2016 médecin de l’équipe nationale anglaise, surnommée les « Three Lions », et rien ne lui est reproché sur cette période.

Vendredi, la fédération anglaise a salué le travail de Chakraverty avec l’équipe nationale de football, sans faire aucune mention de l’affaire Salazar ou de ses précédentes fonctions au sein de l’athlétisme britannique, précisant que le nom de son remplaçant serait communiqué ultérieurement.