(Paris) « Sage et pragmatique », « totalement justifié », « pas d’alternative » : le report d’un an de l’Euro-2020 en raison de la pandémie de coronavirus, annoncé mardi par l’UEFA, a été salué par les acteurs du football européen.

Agence France-Presse

Didier Deschamps, sélectionneur de la France : « C’est une sage décision, au regard des ravages que la COVID-19 est en train de causer sur l’ensemble de la planète. Il convient, plus que jamais, d’avoir le sens des priorités, des responsabilités, du civisme. »

Le seul match à gagner, c’est celui que nous livrons actuellement contre le coronavirus.

Didier Deschamps, sélectionneur de la France.

Joachim Löw, sélectionneur de l’Allemagne : « Nous devons tous protéger la santé et la vie des gens, ceci est évidemment valable pour le football. C’est pourquoi il est totalement justifié et inévitable de repousser l’Euro. »

Fritz Keller, président de la Fédération allemande, hôte de l’Euro à Munich : « Les collègues de l’UEFA ont été aujourd’hui à la hauteur de leurs responsabilités. […] Tout en sachant bien que tout ce que nous décidons aujourd’hui peut être dépassé demain ou après-demain. »

Mark Bullingham, président de la fédération anglaise, hôte de l’Euro mais aussi de l’Euro-2021 féminin prévu à l’été 2021 : « La santé et le bien-être des gens doivent être notre premier souci à tous, donc nous soutenons entièrement la décision prise par l’UEFA de reporter l’Euro-2020. »

Noël Le Graët, président de la Fédération française : « Cette décision sage et pragmatique de l’UEFA permet de s’inscrire pleinement dans l’urgence et la priorité de l’action collective pour lutter contre le coronavirus tout en permettant d’envisager de terminer les championnats nationaux professionnels et amateurs qui pourraient se prolonger jusqu’en juin. »

Andrea Agnelli, patron de la Juventus Turin et de l’Association des clubs européens (ECA) : « Le défi pour notre sport est énorme, et en tant que dirigeants, nous avons la responsabilité de faire tout ce que l’on peut pour protéger le bien-être de long terme en freinant l’impact du virus. La décision de reporter l’Euro-2020 est un témoignage de l’unité et des efforts collaboratifs des instances du sport. »

L’Europe fait face au plus grand défi de sa génération, un défi qui impacte tous les niveaux de la société, dont le football.

Andrea Agnelli, patron de la Juventus Turin et de l’Association des clubs européens.

Virginia Raggi, maire de Rome, l’une des douze villes-hôtes : « L’UEFA a pris une décision douloureuse mais inévitable. Nous souhaitons vivre un Euro serein et sans risque. Je suis sûre qu’en 2021, ce sera un événement inoubliable pour Rome, l’Italie et l’Europe. »

Fédération italienne (FIGC) : « La priorité est de protéger la santé de tous ceux qui sont impliqués dans le football et d’éviter d’exercer une pression inutile sur les services publics nationaux concernés par l’organisation des matchs. Le report aidera par ailleurs à terminer toutes les compétitions nationales actuellement suspendues. »

Ligue espagnole de football (LaLiga) : « Le football européen reste uni en ces temps difficiles, et fait tout pour essayer de protéger la santé de tous ceux qui sont impliqués dans notre sport. Une fois que la situation reviendra à la normale et que cette menace pour notre santé aura diminué, nous tenterons de trouver le meilleur moyen de finir nos saisons. »

Vladimir Petkovic, sélectionneur de la Suisse : « La décision est raisonnable et juste au regard du contexte. La lutte contre le virus est une priorité absolue pour nous tous. Bien sûr, nous aurions voulu disputer ce championnat d’Europe. Mais une préparation sportive professionnelle n’aurait pas été possible dans ces circonstances. »

Ronald Koeman, sélectionneur des Pays-Bas : « C’est bien sûr une annonce très malheureuse, mais nous comprenons le choix qui a été fait. […] Ce qui est primordial, c’est la santé humaine et de contenir la propagation du coronavirus. J’aurais bien sûr préféré jouer un championnat d’Europe cet été, mais il faut être réaliste et accepter (un report). »

Peter Bossaert, président de la Fédération belge : « Il s’agit de la seule décision correcte et logique. Laisser l’Euro se dérouler en juin ne serait pas responsable et n’est tout simplement pas possible. C’est à juste titre que l’UEFA accorde la priorité au fait que les compétitions nationales puissent se poursuivre jusqu’à leur terme. Nous pouvons ainsi commencer à tout replanifier […] Nous ne recommencerons que lorsque tous les risques sanitaires seront écartés. »