Selon le président et chef de la direction de l’Impact, Kevin Gilmore, la MLS dispose de suffisamment de flexibilité pour rattraper les matchs qui ont été touchés par la suspension de 30 jours. Pendant ce temps, les joueurs ont été invités à ne pas s’entraîner d’ici lundi.

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

Qu’adviendra-t-il des matchs touchés par la suspension de la saison ?

Pour l’instant, 42 matchs sont concernés par la décision de la MLS de suspendre ses activités en raison de la progression de la COVID-19. Certains clubs vont manquer jusqu’à quatre rendez-vous durant cette période. Mais par rapport à d’autres ligues, la MLS a l’avantage d’être en début de campagne. Un report des matchs plutôt qu’une annulation ou un huis-clos est donc privilégié.

« On a de la flexibilité avec le fait que la saison peut être rallongée. Si on augmente les vols nolisés, on peut aussi jouer plus de matchs dans une période plus courte », a indiqué Gilmore.

Cette saison, le calendrier montréalais est passablement chargé, en milieu de semaine, avec quatre matchs de MLS et ceux du Championnat canadien. Si l’Impact conservait son titre, il devrait ainsi jouer les mercredis 8 et 15 juillet, 12 et 19 août, ainsi que 16 et 23 septembre. La MLS est déjà en train de demander aux équipes leurs différentes disponibilités pour reprendre les matchs entièrement.

« Ce n’est pas comme si on s’endormait pendant 30 jours et qu’on se réveillait ensuite en se demandant : "Bon, quelle est la situation aujourd’hui ?" On a des appels chaque jour avec la ligue », a souligné Gilmore.

Que se passe-t-il avec les joueurs ?

La MLS a demandé à ses équipes d’annuler tous les entraînements jusqu’à lundi. Il a toutefois été demandé aux joueurs de rester dans leurs villes respectives en attendant les prochaines étapes.

« Ils peuvent venir au Centre [Nutrilait] s’ils le veulent et ceux qui ont des traitements médicaux vont quand même se présenter, a précisé Gilmore. Mais dans l’immédiat, on veut vraiment limiter les contacts. »

Selon le président montréalais, aucun joueur de l’effectif ne présentait de symptômes ou s’est retrouvé en présence de personnes ayant des symptômes. Par conséquent, il n’a pas été nécessaire de faire des tests. D’ailleurs, il dit n’avoir eu aucun écho de joueurs ayant des craintes quant à la pandémie et aux voyages prévus avant la suspension. À noter que les joueurs seront payés normalement durant cette pause forcée.

Que va-t-il arriver avec la Ligue des champions ?

Hormis l’annonce de la suspension de la Ligue des champions, l’Impact n’a pas eu de nouvelles directes de la CONCACAF. L’organisme continental a cependant précisé, vendredi matin, que toutes ses compétitions allaient être suspendues pendant 30 jours.

« La CONCACAF s’est engagée à travailler avec les principales parties prenantes pour envisager des options sur la manière et le moment de convoquer à nouveau ces compétitions et toute nouvelle décision sera communiquée en temps opportun », a annoncé l’instance dans un communiqué.

Là encore, il faut s’attendre à un report des matchs plutôt qu’à l’annulation de la compétition. « Je ne peux pas parler pour eux, mais j’imagine que s’il y a un arrêt de 30 jours, c’est qu’ils ont l’intention de la finir », a convenu Gilmore. Les équipes concernées devront trouver de nouvelles dates lors des milieux de semaine. Si l’Impact se rendait en finale, comme en 2015, cela ajouterait cinq matchs.

Gilmore s’attend à une collaboration entre la MLS et la CONCACAF pour établir un calendrier harmonieux. « Il y a quatre clubs de la MLS qui sont encore impliqués dans la compétition. Ce n’est pas comme si la CONCACAF allait décider du calendrier sans en parler à la MLS. »

Comment l’Impact gère-t-il la situation ?

L’Impact est l’unique club de la MLS qui n’avait pas de match à domicile lors de cette pause de 30 jours. Si elle devait être prolongée, il est cependant évident que les revenus de l’Impact baisseraient. On connait l’importance des recettes des jours de matchs pour les équipes de la MLS.

« Mais ce sera le cas pour tout le monde dans l’industrie du sport professionnel. […] Le sport est quelque chose de rassembleur et c’est une source de divertissement pour les gens, mais ça va nous affecter certainement. On va s’adapter et on va revenir plus fort. »

D’un point de vue organisationnel, le club devait finaliser, vendredi, un protocole pour ses employés. « Il y a de l’inquiétude au niveau professionnel – qu’est-ce qui va arriver à mon emploi ? – et personnel, a admis Gilmore. Notre message est que la décision de la ligue a été prise dans le meilleur intérêt de tout le monde. On va aussi prendre nos décisions dans leur meilleur intérêt. »

À noter que l’Impact a créé un compte twitter spécialement dédié aux nouvelles concernant la COVID-19 (@IMFCCovid19).