L’Impact sera condamné à réaliser une grande performance la semaine prochaine sur le terrain du CD Olimpia. Alors qu’elle rêvait d’un coussin pour mieux appréhender ce périlleux déplacement au Honduras, la troupe montréalaise, battue 2 à 1 au Stade olympique mardi, aura plutôt une belle côte à remonter.

Pascal Milano Pascal Milano
La Presse

Longtemps amorphe lors de son match aller de quart de finale de Ligue des champions, l’Impact a tout de même réduit l’écart au cours d’une deuxième mi-temps bien plus animée.

Elle a démarré par une magnifique demi-volée de Saphir Taïder, s’est poursuivie par plusieurs ballons du 2 à 2 avant de terminer par un penalty d’abord accordé, puis finalement annulé (82e). Adonai Escobedo González avait signalé une main de Maylor Nunez avant de se raviser.

« Je ne parle pas de l’arbitre », a tranché Thierry Henry. « Je n’ai pas bien vu la situation. Mais qu’il y ait penalty ou pas, nous avons encaissé deux buts [de Jerry Bengtson et Jorge Benguche] que nous n’aurions pas dû accorder, a ajouté le défenseur Joel Waterman. Le premier est sur un long ballon et le second est sur une contre-attaque qui suit un corner. »

« Ce n’est pas possible de pouvoir gagner des matchs si on se retrouve dans ce genre de situations, surtout contre une équipe qui est venue défendre », a renchéri Henry.

Plutôt que d’insister sur ce penalty annulé, qui a bien sûr fait réagir sur les réseaux sociaux, l’entraîneur montréalais et ses joueurs se sont donc plutôt positionnés sur d’autres axes. Oui, le penalty aurait quelque peu changé la donne pour le match retour, mais d’autres problèmes majeurs restent à régler.

Comme ce fut le cas plusieurs fois cette année, il y a encore eu trop d’inconstance d’une mi-temps à l’autre. Outre la naïveté sur les deux buts encaissés, l’Impact n’a pas été en mesure de tirer profit d’une large possession de balle. Incapables d’accélérer le rythme dans le dernier tiers et trop statiques contre un bloc adverse très bas, les Montréalais n’ont cadré aucune frappe durant les 45 premières minutes.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Thierry Henry

« Plein de fois, on s’est retrouvés en bonne position et on n’a jamais frappé. Pour la deuxième mi-temps, j’avais dit à Saphir de frapper et c’est pour ça que, lorsqu’il a marqué, il s’est retourné et il m’a regardé », a précisé Henry.

Le chef-d’œuvre de Taïder a couronné une excellente entame de deuxième mi-temps marquée par une modification du schéma tactique et par l’entrée d’Orji Okwonkwo dont les appels et la vitesse ont vite dérangé la défense hondurienne. « Plus vaillant avec plus de centres tôt et de frappes », dixit Henry, l’Impact a réveillé un Stade olympique dans lequel 20 243 spectateurs avaient pris place.

La clameur aurait pu redoubler sans la maladresse devant le but hondurien. Jackson-Hamel, mais aussi Taïder ont eu le ballon d’égalisation à plusieurs reprises sur des centres ou sur des coups de pied arrêtés.

« Jackson aurait pu mettre trois buts. […] En deuxième mi-temps, on s’est créés des occasions vraiment claires, largement plus qu’eux, mais on n’a pas su les mettre au fond », s’est désolé Henry.

Une recette à reproduire

Il n’y a pas de grand secret : pour se hisser en demi-finale et se défaire de cet adversaire accrocheur, l’Impact devra, la semaine prochaine, tenter de reproduire ce qu’il a montré lors de la deuxième mi-temps.

Le plus court chemin pour une place en demi-finale de la Ligue des champions sera une victoire de 2 à 0 à San Pedro Sula. Une victoire dans laquelle les Montréalais auraient inscrit trois buts ou plus ferait également l’affaire. Bref, la mission ne s’annonce pas simple dans un cadre hostile et face à une équipe qui récupérera plusieurs joueurs suspendus, blessés ou en proie à de problèmes de visa mardi.

« On a gagné 90 minutes, mais on doit rester humble. Ce sera difficile, mais on devra continuer à jouer de la même façon », a souligné l’entraîneur du CD Olimpia, Pedro Troglio.

Le match aura lieu mercredi prochain à San Pedro Sula plutôt qu’à Tegucigalpa, domicile habituel de l’équipe. Son stade n’est pas homologué par la CONCACAF. « C’est un avantage. Le climat de cette ville est plus chaud et humide, a souligné Troglio. Pour un joueur canadien et pour les étrangers, c’est plus difficile de jouer là. »

À noter que l’Impact ne jouera pas cette de fin de semaine.