Un match au domicile du Sporting Kansas City n'est jamais facile. Un match au domicile du Sporting Kansas City sans deux joueurs-clé, dont l'attaquant le plus menaçant, ne peut être que plus difficile encore. Les joueurs de l'Impact de Montréal ne l'ignorent pas, mais se sentent néanmoins d'attaque pour la confrontation de samedi après-midi.

Michel Lamarche LA PRESSE CANADIENNE

C'est sans le défenseur Zakaria Diallo - ce qu'on savait déjà depuis le 16 mars en raison d'un carton rouge -, mais aussi sans l'as marqueur Ignacio Piatti, blessé au genou droit, que l'Impact tentera de récolter une troisième victoire à l'étranger cette saison, soit autant qu'en 2018.

Lors de sa rencontre avec les journalistes jeudi matin, l'entraîneur-chef Rémi Garde a reconnu que son équipe est différente avec Piatti sur le terrain. Mais il a aussi rappelé un fait essentiel : le soccer demeure un sport qui se pratique à 11 et qui requiert la contribution de tous et chacun.

«Quand vous avez un joueur dont tout le monde sait - partenaires et adversaires y compris - qu'il est capable de faire des différences pas forcément individuelles, mais aussi par une passe, un geste qui va sortir de l'ordinaire, bien sûr que ça rassure à un moment donné dans le match», a d'abord déclaré Garde.

«Mais il faut toujours penser que quels que soient les grands joueurs, que ce soit Messi ou Ronaldo, ils s'appuient aussi sur un collectif, des partenaires, des coéquipiers qui les ont mis dans des dispositions pour faire ces gestes-là, a-t-il enchaîné. On ne pourra pas, à Kansas City, compter sur le dernier geste, la dernière touche de "Nacho", mais tout ce qui se passe avant sera là quand même. Tout ne s'écroule pas. Mais comme j'ai dit, ce sera différent.»

La tâche sera d'autant plus ardue que le Sporting Kansas City s'est montré intraitable à domicile depuis le 28 juillet dernier, date de sa dernière défaite en saison régulière.

Depuis, la formation du Missouri présente un dossier de 5-0-2 devant les siens, avec une récolte de 12 buts contre seulement trois accordés à l'adversaire. L'Impact y présente une fiche à vie de 2-3-1, et son dernier gain remonte au 1er juin 2013.

En MLS cette saison, le Sporting affiche un dossier global de 1-1-1. Toutefois, il connaît du succès en Ligue des Champions de la Concacaf, et demeure la seule des cinq formations de la MLS toujours en lice pour les grands honneurs. Les 4 et 11 avril, il affrontera l'équipe mexicaine de Monterrey en demi-finales.

«(Le Sporting) a vraiment bien amorcé la saison et ses performances en Ligue des Champions ont été inspirantes, a déclaré le gardien Evan Bush. C'est le genre d'équipe qui ne compte pas sur un joueur en particulier que l'on peut contenir en se disant qu'on va gagner. Il s'agit d'une formation bien équilibrée, et ce sera un très gros test pour nous.»

Bush est fort conscient de la valeur de Piatti chez l'Impact. Qu'à cela ne tienne, il croit que l'équipe est parvenue à implanter un système de jeu qui peut lui permettre de se tirer d'affaire, même sans un joueur aussi doué que l'Argentin.

«C'est sûr que nous nous fions beaucoup à "Nacho" sur le terrain», a déclaré Bush, jeudi, alors qu'il ne semblait pas encore savoir si Piatti serait de la partie ou non.

«Toutefois, je pense que nous avons montré pendant les matchs préparatoires que s'il nous manque certains joueurs, nous en avons d'autres pouvant occuper leur position. Je ne dis pas qu'il fera nécessairement le même travail que "Nacho", mais notre système est conçu pour nous aider à combler une partie du vide.»

Tout indique que le mandat d'occuper le flanc gauche reviendra à Harry Novillo, qui a eu droit à son baptême en MLS il y a deux semaines à Orlando.

«On est prêt, on n'a peur d'aucune équipe. On est prêt pour un combat, ça va être notre quatrième match sur la route. Il n'y a pas d'excuse, tous les matchs sont importants. On y va pour les trois points», a-t-il dit.