Source ID:ee5e11e1f25f33568c6a076a3f30a32d; App Source:StoryBuilder

Coupe de la Ligue: élimination surprise du PSG

Le PSG a subi la défaite pour la... (PHOTO AFP)

Agrandir

Le PSG a subi la défaite pour la première fois de la saison sur ses terres, après 20 matchs consécutifs sans perdre .

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
ALEXIS HONTANG
Agence France-Presse
Paris

Le Paris Saint-Germain, quintuple tenant du titre, est tombé à domicile face à Guingamp (2-1), mercredi en quart de finale de la Coupe de la Ligue, en ayant concédé trois tirs de pénalité.

Improbable, impossible, inconcevable... La chute du monstre parisien, invaincu dans la compétition depuis novembre 2012, est survenue quand presque personne ne s'y attendait, au terme d'un match qu'il a largement dominé.

Neymar pensait avoir scellé l'affaire en ouvrant le score de la tête (63e), mais c'était sans compter sur la fragilité défensive du colosse aux pieds d'argile.

Comme à Liverpool, deux fois, et Naples dans des matchs clés de Ligue des champions, le PSG a encore commis l'erreur dans sa surface de réparation, et offert aux Guingampais pas un, pas deux, mais trois tirs de pénalité!

Les fautifs : Thomas Meunier, Juan Bernat et Thilo Kehrer, trois titulaires qui ont offert aux Bretons, peu menaçants sinon, trois énormes chances.

Après le premier échec de Marcus Thuram (61e), Yeni Atito Ngbakoto (81e) et Thuram (90+3e) ont saisi leur chance, et sonné le Parc des princes pris de court par ce scénario glaçant.

Et voilà le PSG à terre pour la première fois de la saison sur ses terres, après 20 matchs consécutifs sans perdre .

Neymar buteur

Guingamp, lui, rêve grand. Dans un dernier carré très ouvert, aux côtés de Strasbourg, Monaco et Bordeaux, l'En-avant peut parer d'or une saison jusque-là très difficile; tout le contraire des Parisiens, trop faciles jusque-là mais éliminés.

L'équipe de Jocelyn Gourvennec a sanctionné le rythme de marathonien des Parisiens, appliqués mais trop prudents, qui ne voulaient pas s'épuiser dans ce début d'année surchargé, à hauteur de 17 matchs jusqu'à la mi-mars.

Le hommes de Thomas Tuchel, qui avait aligné une équipe proche de son onze type avec les retours de vacance de Marquinhos et Angel di Maria, ont pourtant provoqué, mais trop péché dans le dernier geste, à l'image de Neymar.

Le Brésilien a été enthousiaste, mais a symbolisé en première période l'inefficacité de son équipe, dont la route aux cages de Karl-Johan Johnsson était barrée par soit une jambe bretonne, soit le poteau, comme sur une reprise de Kylian Mbappé (2e).

Edinson Cavani, entré à la mi-temps, a failli marquer sur son premier ballon (46e), ou Mbappé dans la foulée (48e, 55e).  

Après les deux penalties guingampais, Alphonse Areola est bien monté sur corner, Marco Verratti est bien tombé dans la surface et Mbappé a bien retenté sa chance. Mais au coup de sifflet final, c'était bien Paris qui a quitté la pelouse la tête basse, sous les sifflets...




Infolettre Rondelle Libre
Recevez en primeur le billet quotidien de Mathias Brunet

la boite: 1600166:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer