Les conditions idéales de ski ont remplacé les vents violents au Centre alpin Jeongseon. Ce changement d'air n'a toutefois pas aidé Manuel Osborne-Paradis et les autres Canadiens lors de la descente masculine aux Jeux de PyeongChang.

Gregory Strong LA PRESSE CANADIENNE

Osborne-Paradis avait dominé la première séance d'entraînement, mais il n'a pu répéter l'exploit jeudi, se contentant de la 14e place en vertu d'un temps de 1:41,89.

«J'ai suivi mon plan, a-t-il raconté. Tu commets quelques petites erreurs, mais c'est comme ça. J'étais un peu bas à un certain endroit sur la piste et j'ai réussi à effectuer un bon virage malgré tout. Je n'ai simplement pas été capable d'augmenter ma vitesse.»

Aksel Lund Svindal (1:40,25) a mené un doublé norvégien sur le podium en compagnie de Kjetil Jansrud (1:40,37). Le champion du monde et Suisse Beat Feuz a complété le top-3 (1:40,43).

Osborne-Paradis a reçu un peu plus d'attention chez les Canadiens après que le Montréalais Erik Guay eut décidé de se retirer des Jeux olympiques en raison de problèmes au dos, il y a deux semaines. Les deux skieurs étaient montés sur le podium l'année dernière, lors des Championnats du monde.

Effectuant une quatrième présence aux Jeux olympiques depuis ses premiers à Turin, en 2006, Osborne-Paradis, d'Invermere en Colombie-Britannique, a perdu un peu de temps au haut de la pente, lorsqu'il a été déporté dans un virage.

Il a tenté de corriger le tir et il a ensuite offert une performance très constante.

La descente de 2,97 kilomètres lui sied bien. Connu pour ses impressionnants talents de glisse et sa finesse sur la piste, Osborne-Paradis n'a simplement pas eu le rythme nécessaire jeudi.

La déception pouvait se lire sur son visage lorsqu'il a jeté un coup d'oeil au tableau indicateur.

«Quand je suis arrivé au bas de la pente, je croyais que mon temps était meilleur», a-t-il avoué.

La course était prévue dimanche dernier, mais elle a été remise en raison du mauvais temps. Les autres Canadiens ont terminé encore plus loin.

Ben Thomsen, aussi d'Invermere, a pris la 28e position (1:43,19). Dustin Cook, de Lac-Sainte-Marie, s'est emparé du 32e rang (1:43,80) alors que Broderick Thompson, de Whistler, en Colombie-Britannique, a conclu l'épreuve au 35e échelon (1:44,37).

Thomsen est un grand amateur de ses pistes plus agressives. Il se sentait bien au départ, mais il a rapidement tiré de l'arrière.

«Je ne sais vraiment pas ce qui s'est produit, a-t-il fait savoir. Je devrai regarder la reprise et observer comment les choses se sont déroulées. Je me sentais bien et j'ai tout donné. Je suis très déçu d'avoir terminé à trois secondes du gagnant, mais ça fait partie des courses.»

Cook se servait quant à lui de cette course en guise de préparation pour le super-G alors que Thompson s'abreuvait de sa première expérience aux Jeux olympiques.

Osborne-Paradis a régulièrement terminé dans le top-20 lors des descentes de la Coupe du monde cette saison, mais il n'a percé le top-10 qu'à une seule occasion.

Son ancien coéquipier Jan Hudec, qui représente maintenant la République tchèque, a pointé au 45e rang.

Hudec, qui possède la double citoyenneté, a mis fin à une disette de 20 ans du Canada sans podium en ski alpin lorsqu'il a raflé la médaille de bronze au super-G, à Sotchi, en 2014.

Classement final de la descente masculine

• 1. Aksel Lund Svindal (NOR) 1:40.25

• 2. Kjetil Jansrud (NOR) 1:40.37

• 3. Beat Feuz (SUI) 1:40.43

• 4. Dominik Paris (ITA) 1:40.79

• 5. Thomas Dressen (GER) 1:41.03

• 6. Peter Fill (ITA) 1:41.08

• 7. Vincent Kriechmayr (AUT) 1:41.19

• 8. Brice Roger (FRA) 1:41.39

• 9. Matthias Mayer (AUT) 1:41.46

• 10. Andreas Sander (GER) 1:41.62

• 11. Max Franz (AUT) 1:41.75

• 12. Hannes Reichelt (AUT) 1:41.76

• 13. Mauro Caviezel (SUI) 1:41.86

• 14. Manuel Osborne-Paradis (CAN) 1:41.89

• 15. Aleksander Aamodt Kilde (NOR) 1:42.18