Henrik Zetterberg pourrait rater la prochaine saison en raison de maux de dos récurrents.

Publié le 21 août 2018
Mathias Brunet LA PRESSE

Niklas Kronwall, déjà utilisé avec parcimonie l'an dernier, vient d'annoncer sa retraite pour le printemps prochain.

Darren Helm, qui avait joint les Red Wings en fin de saison 2007-2008, est le dernier membre de l'édition actuelle avec Zetterberg et Kronwall à avoir soulevé la Coupe Stanley il y a dix ans.

Il reste peu de survivants de la dernière grande époque des Wings, depuis le départ ces dernières années de Nicklas Lidstrom, Pavel Datsyuk et de l'entraîneur Mike Babcock.

Un peu comme chez le Canadien, les Red Wings se tournent vers l'avenir. Après un hiver difficile, leur récolte lors du dernier repêchage gonfle leurs espoirs. Ils ont mis la main sur le convoité Filip Zadina au sixième rang et sur le Montréalais des Voltigeurs de Drummondville Joe Veleno au 30e rang.

Ils ont aussi pu repêcher deux joueurs, Jonatan Berggren et Jared McIsaac, parmi les cinq premiers en deuxième ronde.

Leur premier trio cette année pourrait être constitué de trois joueurs de 23 ans ou moins: Dylan Larkin, Anthony Mantha et Tyler Bertuzzi.

Il y aura de la place pour d'autres recrues comme Zadina, l'attaquant de 6 pieds 6 Michael Rasmussen, 19 ans, neuvième choix au total en 2017, Evgeny Svechnikov, 21 ans, frère d'Andrei, deuxième choix au total cette année, les défenseurs Filip Hronek, 20 ans, 39 points l'an dernier dans la Ligue américaine, Dennis Cholowski, 20 ans, premier choix en 2016, et peut-être même Dominic Turgeon, 22 ans, le fils de Pierre, ancien capitaine du Canadien.

Devant le filet, Detroit n'a pas la profondeur du Canadien. Jimmy Howard, 34 ans, n'arrive pas à retrouver la forme des beaux jours, et il sera désormais défié par Jonathan Bernier pour le poste de numéro un.

Dans le contexte, plusieurs se demandent pourquoi le DG Ken Holland a offert des contrats aux vétérans Mike Green et Thomas Vanek cet été. Holland a expliqué aux journalistes lors du repêchage qu'il tenait à compter sur des vétérans pour encadrer les jeunes.

«Nous tentons d'expliquer à tout le monde que nous sommes en période de rajeunissement. Ça pourrait prendre 40 matchs, 80 matchs, peut-être l'an prochain. Je ne peux pas envoyer une bande de jeunes sur la glace et me réveiller dans trois ans avec une extraordinaire équipe de hockey. Ils pourraient perdre leur confiance. Il faut être compétitif. Il faut se donner des chances de gagner. Il faut trouver un équilibre entre la compétitivité et la jeunesse. On veut se battre pour une place en séries, mais si nous n'y parvenons pas, nous aurons des jeunes qui grandiront.»

Detroit et Montréal devraient finir dans la cave de leur division cet hiver, mais des jours meilleurs pointent à l'horizon.