(Photo Victor Decolongo, Getty)

Publié le 11 déc. 2009
Mathias Brunet

Le défenseur Jack Johnson a beaucoup fait parler de lui depuis que les Hurricanes de la Caroline l'ont repêché troisième au total en 2005 derrière Sidney Crosby et Bobby Ryan, mais pas toujours pour les bonnes raisons.

Les Hurricanes n'ont pas été patients et ils l'ont échangé aux Kings de Los Angeles il y a quelques années parce que Johnson tardait à signer un contrat avec eux. Une transaction épouvantable pour la Caroline qui cédait un espoir de premier plan en retour de Tim Gleason et Éric Bélanger.

Johnson, grand copain de Crosby et fan invétéré du Canadien (les deux rêvaient de se retrouver à Montréal), a tardé à produire offensivement à son arrivée à Los Angeles.  Voilà un défenseur qui avait obtenu 39 points en 36 matchs à sa dernière saison à Michigan, dans la NCAA.

Il faut dire à sa défense que les Kings voulaient qu'il peaufine son jeu défensif et on ne l'utilisait presque pas en supériorité numérique. Et qu'il faut laisser le temps aux jeunes défenseurs de se développer.

Après une saison de 11 points en 74 matchs il y a deux ans (fiche de -19), Johnson a vu une blessure à l'épaule miner sa saison l'an dernier. Il a obtenu 11 points encore, mais en 41 matchs, avec une fiche tout aussi désastreuse de -18.

Le jeune homme de 22 ans a encore été tranquille offensivement au début de cette saison-ci, mais voilà qu'il vient d'obtenir quatre points à ses deux derniers matchs, sept à ses six derniers (fiche de +3). Il a joué 24 minutes hier contre Phoenix, et 28 minutes il y a cinq jours contre St.Louis.

Lentement, mais sûrement, il grimpe au classement des compteurs de la LNH chez les défenseurs avec ses 13 points en 33 matchs.

Il a seulement un point de moins que Dion Phaneuf, Jay Bouwmeester, plus de points que Cam Barker et Brian Rafalski.

Un talent fou. Mais manque de maturité dans son jeu. Est-il sur le point de débloquer pour de bon?