(Tokyo) Le premier ministre japonais, Yoshihide Suga, est toujours incertain au sujet de la présence de spectateurs aux Jeux de Tokyo en raison d’une hausse inquiétante de cas de COVID-19 à trois semaines seulement du lancement des Olympiques.

Mari Yamaguchi Associated Press

Les cas à Tokyo sont en hausse constante, ce qui fait craindre une propagation plus rapide pendant les Jeux. Des experts estiment que le très contagieux variant Delta pourrait provoquer une réapparition des infections, qui elle pourrait forcer le gouvernement à adopter de nouvelles mesures d’urgences pendant les Jeux, dont l’ouverture aura lieu le 23 juillet.

« J’ai été très clair : la présentation à huis clos est une possibilité, a dit Suga. Nous allons prendre les actions nous permettant d’assurer la santé et la sécurité des gens. »

Mercredi, 673 nouveaux cas ont été confirmés à Tokyo, la 12e journée d’affilée en hausse.

Le Dr Mitsuo Kaku, conseiller médical pour le gouvernement métropolitain de Tokyo, a déclaré lors d’une rencontre hebdomadaire, jeudi, que Tokyo représente une « situation critique », puisque la hausse des cas est causée par le variant Delta.

Après deux mois d’état d’urgence, les mesures sanitaires ont été allégées à Tokyo par Suga le 21 juin, mais les bars et les restaurants doivent tout de même diminuer leur offre de services jusqu’au 11 juillet.

Il a dit qu’il allait décider quelle tangente prendront ces mesures la semaine prochaine, une décision qui affectera le nombre de spectateurs aux JO.

Les organisateurs ont décidé la semaine dernière de permettre jusqu’à 10 000 spectateurs ou 50 % de la capacité d’un site sur les mesures d’urgence sont levées avant les Olympiques. Mais après que le public et des experts eurent soulevé des inquiétudes et critiqué cette décision, le gouvernement a plus tard déclaré être ouvert à présenter les Jeux à huis clos si les cas d’infection continuent d’augmenter.

Les experts estiment qu’il est impensable de le lever les mesures d’urgence compte tenu de la situation actuelle et que le nombre de cas quotidien pourrait passer au-dessus de 1000 par jour avant les Jeux et se multiplier pendant ceux-ci.

Suga a indiqué que la décision devra être prise de concert avec quatre autres entités : le Comité organisateur, la ville de Tokyo, le Comité international olympique et le Comité international paralympique. Cette rencontre devra avoir lieu après que la décision sur les mesures d’urgence aura été prise, quelque part la semaine prochaine. Suga n’a toutefois pas précisé quand.

D’autres législateurs de la coalition de Suga ont aussi suggéré un huis clos pour les JO. Natsuo Yamaguchi, président de Komeito, un partenaire minoritaire de la coalition du parti libéral démocrate au pouvoir, a demandé jeudi au gouvernement de « considérer l’option du huis clos et d’informer le public rapidement ».