(Calgary) Au moment où les Flames de Calgary tentent de sortir de leur torpeur, le retour de leur gardien vedette semble imminent.

Donna Spencer
La Presse Canadienne

Au rancart depuis cinq matchs à la suite d’une blessure au bas du corps, Jacob Markstrom a pris part à la séance complète d’entraînement de son équipe, mercredi.

Selon l’entraîneur-chef Geoff Ward, Markstrom s’approche d’un retour au jeu. Il doit d’abord franchir quelques obstacles avant de recevoir le feu vert des médecins de l’équipe.

Markstrom a été retiré des filets à mi-chemin du match du 20 février que les Flames ont perdu 7-1 aux mains des Oilers d’Edmonton. Il s’agissait de la première d’une séquence de six parties à l’étranger.

Les Flames ont complété ce périple avec une fiche de 2-3-1, incluant deux revers contre les Sénateurs d’Ottawa, derniers au classement de la section Nord. Ce voyage difficile a fait glisser les Flames (10-11-1) sous le plateau de ,500.

Markstrom a été le meilleur joueur des Flames pendant le premier quart de la saison. Il a affiché un dossier de 8-4-1, un taux d’arrêts de ,924 et une moyenne de buts alloués de 2,36.

En octobre, le Suédois de six pieds six pouces a signé un contrat de six saisons, d’une valeur de 36 millions US, avec les Flames à titre de joueur autonome. Il avait auparavant passé sept saisons dans l’organisation des Canucks de Vancouver.

Les Flames joueront leur prochain match jeudi soir, à domicile, face aux Sénateurs.

Peu importe s’il effectue son retour lors de ce match, ou lors de l’une des deux parties du week-end, contre les Oilers et les Sénateurs, respectivement, Markstrom est affamé à l’idée de redonner confiance à son équipe.

« Bloquer la rondelle. C’est ma seule priorité », a déclaré Markstrom.

« C’est vraiment décevant de ne pas pouvoir batailler avec l’équipe. Vous voulez être sur la glace lors des bons moments, mais aussi lorsque nous ne jouons pas au niveau dont nous sommes capables et que les gars bataillent. Vous voulez être sur la glace avec eux afin de sortir de cette petite léthargie. »