(Ottawa) En l’espace de deux semaines, on est passé de blagues sur la date possible du défilé de la Coupe Stanley à… ça.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Ça, c’est la position du Canadien en ce moment : titubant, en manque d’équilibre et aussi en troisième place de sa division, à égalité avec les Jets de Winnipeg, avec une seule victoire lors de ses cinq derniers matchs. Le gros début de saison, avec une fiche de 7-1-2 lors des 10 premiers matchs, ne semble plus qu’un vague souvenir.

« Ça se passe dans notre tête en ce moment, a confié Nick Suzuki en fin de soirée. On joue pour ne pas perdre. Tout le monde avait du plaisir en début de saison, tout le monde jouait avec énergie, et ça nous a échappé. »

Le Canadien a aussi laissé échapper un autre match, cette fois-ci dimanche soir, et cette fois-ci à Ottawa, face aux Sénateurs, par la marque de 3-2 en prolongation. Ça aurait pu finir plus vite que ça si le gardien numéro deux du Canadien avait eu pour nom Keith Kinkaid, par exemple, et heureusement que Jake Allen est meilleur que ça, parce que si le Canadien a pu sortir de là avec le point du perdant en banque, c’est grâce à lui.

Et avec tout ça, avec Jake Allen et Anderson et Toffoli et tous les autres nouveaux, avec tout ça, la fiche du Canadien en ce moment même est de 9-5-3. Ce qui est exactement la même fiche que le club avait après 17 matchs la saison dernière.

À quel moment doit-on trouver que ça ne va plus si bien ? Maintenant ou plus tard ?

« On a connu un gros début de saison et on a placé la barre haute en partant, a répondu Jake Allen. La barre n’est plus si haute maintenant… mais on a une bonne équipe. Il faut revenir à ce que l’on faisait en début de saison. »

La bonne nouvelle pour le Canadien, et dans ce que l’on peut bien tirer des discussions approximatives en vidéo avec les joueurs, c’est que tout cela, les défaites, les mauvaises décisions, tout ça, ça se passe entre les deux oreilles, nous dit-on.

Au hockey, c’est bien connu, il n’y a rien de pire que de « penser trop », et c’est, de l’avis général, ce qui est en train de miner les performances des troupes ces temps-ci.

On peut tout de même faire remarquer que le but de ce sport est de marquer des buts, le plus souvent possible, et il se trouve que dimanche soir en prolongation, les gars du Canadien ont lancé un gros total de zéro fois sur le gardien Matt Murray, qui aurait pu être dans la douche sans que personne ne s’en aperçoive.

Ce qui donne ceci lors des cinq derniers matchs : huit buts seulement. Faites la moyenne et vous verrez bien que ce n’est pas assez.

« On n’a jamais rien pris pour acquis, même quand ça allait bien avec notre bon début de saison, a expliqué Claude Julien en fin de soirée. On a un calendrier difficile et il va y avoir des hauts et des bas. Maintenant, il faut trouver un moyen de gérer ça… les décisions, les mauvaises passes, ce sont des choses comme ça qu’il faut corriger. »

Oui, parce que le Canadien commence à ressembler un peu trop au club d’il y a un an, qui avait des mauvaises habitudes à la tonne, comme perdre contre les mauvaises équipes. Avec tous les changements qui ont été effectués depuis, ça ne devrait plus arriver.

Dans le détail

Un septième match pour Allen

Après le match de samedi soir qui fut celui de Carey Price (et aussi une défaite), ce fut au tour de Jake Allen de prendre place devant le filet du Canadien, dimanche soir à Ottawa face aux Sénateurs. Pour le gardien numéro deux du CH, il s’agissait déjà d’un septième départ depuis le début de la saison, un détail intéressant puisque Price a disputé 10 matchs. Ce rythme laisse croire à une charge de travail beaucoup mieux répartie que par le passé entre Price et son second, et ce rythme laisse aussi croire que la direction du club, enfin, a confiance en son deuxième gardien, ce qui n’était pas arrivé depuis bien longtemps. Au final, Allen a conclu sa soirée de dimanche avec 36 arrêts sur 39 tirs.

Lehkonen laissé de côté, Drouin blessé

Pour Artturi Lehkonen, les congés forcés, ce n’est pas quelque chose qui arrive souvent, mais ça lui est arrivé dimanche soir. En fait, l’attaquant finlandais a raté un premier match cette saison, et aussi seulement un deuxième en un an, puisque son congé forcé précédent remontait au… 20 février 2020, lors d’un match face aux Capitals à Washington. Lehkonen n’a jamais été reconnu comme une menace offensive, et il ne gagnera jamais non plus le trophée Maurice-Richard, mais avant le match de dimanche soir, il n’avait récolté aucun point à ses sept derniers matchs, une sécheresse qui a sans doute contribué à cette décision de lui demander de rester dans les gradins. C’est le vétéran Corey Perry qui a pris sa place dans la formation, lui qui a complété le quatrième trio avec Jake Evans et Paul Byron. Par ailleurs, Jonathan Drouin, frappé à la tête par Mike Reilly en deuxième période, n’est pas revenu au jeu par la suite, et l’entraîneur Claude Julien n’a pas été en mesure de donner des nouvelles sur son état de santé en fin de soirée.

Mike Reilly ? Oui, Mike Reilly

Vous vous souvenez de Mike Reilly ? Oui, celui-là. Celui-là même qu’on a vu passer brièvement au Centre Bell, le temps de trois bouts de saison. Eh bien, le défenseur de 27 ans tient non seulement son bout chez les Sénateurs, mais en plus, il est en train de devenir un homme de confiance à la ligne bleue. Sans Thomas Chabot, blessé, la défense des Sénateurs n’est certes pas la même, et Reilly a donc été vu dimanche soir sur l’avantage numérique, et c’est aussi lui qui a été le joueur le plus souvent employé dans le camp des Sénateurs, avec un total de 25 minutes et 32 secondes de temps de jeu.

Ils ont dit

J’étais prêt. J’ai eu une bonne semaine d’entraînement et je me tiens prêt quand on fait appel à moi… Les Sénateurs ont travaillé fort et c’est une équipe tenace. Nous, il faut éliminer les revirements, c’est à nous de prendre soin de la rondelle. On va régler ça et on va passer à autre chose.

Corey Perry

Les gars ont travaillé fort, les buts, ça va revenir. Ce n’est pas parfait en ce moment, mais ce n’est pas un manque d’efforts qui est le problème. Et puis, en prolongation, à trois contre trois, c’est presque du hasard… on a eu nos chances, ils ont eu les leurs.

Jake Allen

Il faut trouver une façon de gagner ces matchs. Nous sommes tous frustrés… on croit encore en nous. Nous avons une bonne équipe et il faut s’en sortir.

Nick Suzuki

L’effort est là, mais les erreurs qu’on fait…. c’est des erreurs coûteuses. Jake Allen a été excellent, il nous a au moins donné l’occasion d’aller chercher un point.

Claude Julien

C’était plaisant de disputer ce match. C’était bien de regarder les joueurs jouer. L’avantage numérique générait de la pression. En prolongation, on avait la rondelle tout le long, et [Brady] Tkachuk a fait un excellent jeu à la fin. On a montré comment on peut bien patiner en prolongation.

Matt Murray

Sur le but gagnant, ils étaient sur la patinoire depuis longtemps. Le crédit revient aux joueurs de la présence d’avant, qui ont obtenu plein de chances de marquer. Matt Murray a été notre joueur le plus utile ce soir. Il l’a été une bonne partie de la saison. Il faut simplement l’aider quand ça va moins bien pour notre groupe. On ne leur a pas donné grand-chose en zone neutre. On a livré une très bonne performance de groupe.

Brady Tkachuk

En hausse

Jake Allen

Il a fait face à deux échappées lors de la prolongation et il est le responsable de ce point récolté.

En baisse

Shea Weber

Une soirée difficile pour le vétéran défenseur, qui a semblé accuser du retard sur ses adversaires trop souvent.