(Boston) Brad Marchand a côtoyé suffisamment Zdeno Chara comme coéquipier pour savoir comment l’approcher comme rival.

Publié le 29 janv. 2021
Jimmy Golen Associated Press

« Vous ne voulez pas le mettre en colère », a dit Marchand.

Samedi, le géant de six pieds neuf sera confronté aux Bruins pour la première fois depuis qu’il s’est joint aux Capitals, comme joueur autonome.

« Le plus important est de rester à distance, a ajouté Marchand. Si vous êtes trop près, il peut vous attraper. »

Membre de sept équipes d’étoiles et gagnant du trophée Norris en 2009, Chara a passé 14 ans comme capitaine avec Boston, aidant le club à remporter la coupe Stanley en 2011. Marchand disputait alors sa première pleine campagne.

« Il a eu du sang noir et doré dans les veines pendant des années, a dit l’entraîneur des Bruins Bruce Cassidy, qui est entré en poste en 2017.

« Ça va paraître étrange de le voir dans un autre chandail, mais ça va faire du bien de le voir tout court, a dit Cassidy. Il est une bonne personne. À mon arrivée en poste, il m’a aidé plus que moi je l’ai aidé. »

Après des passages avec les Islanders et les Sénateurs, le Slovaque de 43 ans s’est établi comme l’un des meilleurs défenseurs de l’histoire de la Ligue nationale.

En 23 saisons, Chara totalise 206 buts et 659 points. Depuis que la ligue a commencé à tenir compte du temps de glace (1997-98), il est troisième pour cette statistique.

Ses 1561 matchs en carrière le placent 14e à ce chapitre et s’il reste en santé cette saison, il atteindra le top 10.

Au sommet de son utilisation, il passait près de 28 minutes par match sur la glace ; cela a baissé à un peu plus de 21 minutes la saison dernière. Les Bruins parlaient de lui confier un plus petit rôle, alors il s’est tourné vers Washington.

« Il va vouloir montrer à tout le monde qu’il est encore une force, a dit Cassidy. Je ne m’attends à rien de moins. »

Chara dit que ce n’est pas une question de prouver qu’il peut encore avoir une lourde charge de travail.

« Je ne suis pas ici pour gonfler mes statistiques. Je veux simplement aider les Capitals, a t-il dit. J’ai beaucoup de respect pour les gars des Bruins. Je les aime comme des frères.

« Nous avons gagné une coupe Stanley ensemble. Oui, il y a les rivalités mais parfois, les liens remontent à loin. »

Les Capitals sont bien heureux de compter sur lui. Après son premier but avec eux, jeudi, il a eu un accueil euphorique à son retour au banc.

« Les gars ont facilité la transition, ils m’ont accueilli à bras ouverts, a dit Chara. Je voulais juste partager ma joie avec eux. C’était un très beau moment. Je pense que je vais toujours m’en rappeler. »

Pour l’entraîneur des Capitals Peter Laviolette, c’était « l’une des scènes les plus réjouissantes que j’ai vues depuis longtemps. »

« Tout le monde veut que’Z’montre à quel point il est un grand joueur, a dit Laviolette. C’était merveilleux de voir leur réaction. »