(Montréal) Jonathan Huberdeau sait ce que c’est que d’être un des premiers choix au repêchage. Celui qui a été réclamé au troisième rang par les Panthers de la Floride en 2011 est donc bien placé pour conseiller Alexis Lafrenière, plus bel espoir en vue de la séance de 2020. Son conseil ? Ne rien changer.

Frédéric Daigle
La Presse canadienne

« Il lui suffit de rester lui-même, de jouer comme il jouait dans le junior, a déclaré Huberdeau au cours d’une vidéoconférence organisée par la LNH. Ça va être plus gros, l’exécution sera plus rapide, mais quand tu es un bon joueur tu t’y habitues. Aucun doute qu’il soit une star dans la Ligue nationale. »

PHOTO ANDY KING, AP

Jonathan Huberdeau a été réclamé au troisième rang par les Panthers de la Floride en 2011, derrière Ryan Nugent-Hopkins (au centre) et Gabriel Landeskog (à droite).

« J’ai déjà été sur la glace avec lui. Nous avons tous les deux joué pour les Vikings de St-Eustache, alors je le connais un peu. C’est un joueur spectaculaire, regardons seulement ses statistiques dans le junior. C’est un peu comme un Sidney Crosby ; on a vu comment il a été dominant au Championnat mondial junior. »

Huberdeau, qui était accompagné des attaquants Jonathan Marchessault, des Golden Knights de Vegas, et Antoine Roussel, des Canucks de Vancouver, ainsi que du défenseur Samuel Girard de l’Avalanche du Colorado, croit également qu’il ne fait aucun doute que Lafrenière sera le tout premier choix au repêchage.

PHOTO CODIE MCLACHLAN, PRESSE CANADIENNE

Alexis Lafrenière, tenant en ses mains la Coupe Hlinka Gretzky après la médaille d'or d'Équipe Canada junior le 11 août 2018 à Edmonton.

Je le repêcherais sûrement au premier rang. On disait qu’un autre joueur (Quinton Byfield) était proche de lui. Je pense que Lafrenière devrait sortir premier. L’équipe qui va le repêcher, ça va être quelque chose.

Jonathan Huberdeau, des Panthers de la Floride

Roussel s’est entraîné avec le jeune prodige québécois au cours des deux derniers étés et selon lui, Lafrenière est prêt à faire le saut.

« À sa première année junior, on se faisait des matchs 3 contre 3 et il avait sa place, il n’était vraiment pas déclassé, a-t-il dit. C’est tout un joueur de hockey. Il s’entraîne excessivement fort et tu vois qu’il a vraiment une bonne attitude. »

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

Antoine Roussel (au centre) aux prises avec Artturi Lehkonen le 25 février 2019.

C’est ce qui fait la différence sur le long terme : c’est bon d’avoir du talent, mais l’attitude fait la différence. Il a vraiment ’le package’. »

Un rythme difficile à reprendre

Avant la pause, les Golden Knights et l’Avalanche étaient sur de belles lancées, ayant remporté respectivement huit et sept de leurs 10 dernières sorties. Si la saison devait reprendre, Marchessault et Girard ne croient pas que leur club se retrouverait avec un avantage sur le reste du circuit.

« Personnellement, je crois que le’ momentum’ est parti. Ça fait quand même un petit bout que nous sommes arrêtés, a noté Marchessault, qui comptait 47 points en 66 matchs à sa fiche. Pour tout le monde, quand ça va reprendre, ça va prendre quelques semaines d’entraînement et les premiers matchs auront l’air de rencontres du calendrier préparatoire. Le jeu sera décousu. Ce sera à nous de nous adapter le plus rapidement possible. L’équipe qui sera en mesure de le faire sera celle qui obtiendra le plus de succès. »

« Tout le monde est dans le même bateau présentement, a renchéri Girard. Tout le monde aura besoin d’un petit camp pour se remettre en forme, même des matchs préparatoires. Par contre, les gars ont eu le temps de guérir leurs petits bobos pour revenir en forme si le reste de la saison et les séries ont lieu. »

Roussel est d’accord avec Girard sur ce point.

« Nous n’avions pas le même élan que les Golden Knights ou l’Avalanche. Nous avions un bon rythme, mais nous avions glissé un petit peu depuis la blessure de (Jacob) Markström », a-t-il noté au sujet de leur fiche de 4-5-1 à leurs 10 derniers matchs.

« Selon moi, il était le meilleur gardien de la LNH cette saison. C’est certain que je prêche pour ma paroisse, mais il faisait parfois face à 50 occasions de marquer de l’enclave et il les arrêtait toutes ! Sa blessure nous a fait mal. Cette pause aura permis que notre meilleur joueur se remette complètement de sa blessure au genou. »