Chez le Canadien, Michael McCarron n’a jamais répondu aux attentes, et chez les Coyotes, et ensuite ailleurs, incluant dans l’organisation des Predators, ce fut un peu la même chose avec Laurent Dauphin. Lundi, le Canadien et les Predators ont choisi de s’échanger ces deux joueurs, en espérant qu’un changement de décor puisse leur faire le plus grand bien.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

Pendant que McCarron tentera de prouver, peut-être, qu’il est bel et bien un joueur de la LNH dans l’organisation des Predators, Dauphin, un attaquant de 24 ans, ira tenter de prouver la même chose avec l’organisation montréalaise, en commençant par se rapporter au Rocket de Laval.

« C’est Scott Mellanby qui m’a appelé en premier, a expliqué Dauphin hier en entrevue téléphonique. Ensuite, j’ai parlé avec Joël Bouchard, et on a eu une bonne discussion. Il m’a dit qu’on va travailler ensemble, qu’il va m’aider. De mon côté, je lui disais que j’étais super excité, que j’ai hâte de travailler avec lui. »

« Je passe mes étés au Québec. J’ai un appart avec ma blonde au centre-ville de Montréal, donc je vais pouvoir habiter là. J’ai entendu dire que les gars qui habitent au centre-ville vont à l’aréna en métro, donc je veux le faire moi aussi. »

« Jouer dans l’organisation du Canadien, c’est une fierté. »

Ce n’est pas la première fois que le jeune homme rêve au maillot tricolore. En 2013, son année de repêchage, le Canadien avait en poche le 34e choix, ainsi que le 36… mais il a finalement entendu son nom au 39e rang, quand les Coyotes l’ont choisi.

« C’est sûr que je pensais à la possibilité d’être repêché par le Canadien… Quand c’était à leur tour de parler, le stress est monté. Finalement ça n’a pas été ça, et c’était correct avec les Coyotes. J’ai joué des matchs avec eux, j’ai eu beaucoup de plaisir […] C’est drôle parce que je suis pas mal proche de Jonathan Drouin, on jasait au téléphone quand la transaction est arrivée. Mon DG m’a envoyé un message et j’ai dit à Jonathan, attends, c’est mon DG qui m’appelle. Et c’était pour me dire que j’étais échangé à Montréal ! »

Dans l’organisation du CH, Dauphin tentera de faire sa place, ce qu’il n’a pu faire chez les Coyotes, disputant un total de 35 matchs répartis sur quatre saisons. Les Coyotes ont fini par l’échanger aux Blackhawks, avant de l’acquérir de nouveau, pour mieux le refiler ensuite aux Predators en février 2019. C’est en 2016-2017 qu’il a connu ses meilleurs moments dans la LNH, avec 24 matchs chez les Coyotes, récoltant alors deux buts et une passe.

« À ce moment-là, je pensais que j’allais rester dans la LNH. Ensuite, il est arrivé ce qui est arrivé. J’ai eu une grosse blessure (à la rotule) il y a deux ans, ça m’a ralenti. Mais là, ça va vraiment bien et je pense qu’en travaillant avec Joël, ça va aller… Je suis un centre qui se débrouille bien dans les deux sens de la patinoire. Je retire beaucoup de fierté de mon jeu en désavantage numérique. Ce sera un peu ma porte d’entrée pour graduer dans la LNH. Mais je peux aussi apporter de l’attaque avec le Rocket. Je suis vraiment concentré à relancer ma carrière à Laval. Ensuite, si ça arrive avec le Canadien, ce serait génial. »

– Avec Guillaume Lefrançois