Le début de la prochaine saison dans la LNH n’est pas encore confirmé, mais les entraîneurs du Canadien ont déjà commencé à se préparer comme si 2020-2021 allait avoir lieu.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

« J’ai justement parlé avec Claude [Julien] la semaine dernière, a expliqué Kirk Muller lors d’une visioconférence mercredi matin. On va voir ce qui va arriver d’ici une semaine ou deux, mais il y a des signes assez solides qui permettent de croire que nous allons pouvoir commencer la saison à un certain moment. »

Invité à préciser un peu sa réponse, l’entraîneur associé du Canadien n’a pas voulu aller plus loin.

« On attend tous de savoir ce qui va arriver… et puis nous, nous devons nous préparer en attendant de recevoir le signal de départ. Tout ce qu’on peut faire, c’est nous concentrer sur notre propre travail. »

Pour l’heure, le 1er janvier demeure la date visée par les dirigeants de la LNH en vue d’un possible retour au jeu. Mais pour y arriver, la ligue et les joueurs devront s’entendre assez rapidement, car un départ au début de janvier laisserait croire à une ouverture des camps d’entraînement à la mi-décembre, au plus tard.

Comme c’est souvent le cas, c’est l’argent qui est le motif de la chicane, et dans ce cas précis, c’est la somme placée en fiducie et les sommes payées en différé qui posent problème dans le camp des joueurs.

Un bon signe, tout de même : certains joueurs qui patinent en Europe depuis l’automne ont commencé à se préparer à rentrer en Amérique du Nord. C’est entre autres le cas du jeune attaquant du Canadien Jesperi Kotkaniemi, qui a tout récemment choisi de quitter son club dans la ligue de Finlande.

« Je ne connais pas tous les détails dans son cas, a ajouté Muller. Je sais que pour ces gars-là, il y a des questions de santé et de quarantaine aussi. »

Il faut s’assurer de ne rien laisser au hasard, et que tout le monde soit prêt si jamais on reçoit le feu vert.

Kirk Muller

Muller, qui a dirigé le Canadien l’été dernier lorsque Claude Julien a dû prendre du repos en raison d’un malaise cardiaque, estime que les joueurs vont être prêts à sauter sur la glace lorsque tout sera réglé.

« C’est quelque chose qu’on a pu remarquer cet été dans les bulles de Toronto et d’Edmonton quand les séries éliminatoires se sont amorcées, a-t-il ajouté. On a pu remarquer à quel point les joueurs étaient prêts, à quel point ils pouvaient se présenter à l’aréna en pleine forme physique. Ils arrivent pas mal mieux préparés que les gars à l’époque où je jouais, en tout cas !

« Alors ce n’est pas quelque chose qui m’inquiète. Quand on pourra disputer des matchs, les joueurs vont être prêts. »