Une bonne et une mauvaise nouvelle attendaient Claude Julien et son équipe au terme du match de samedi soir entre les Flyers de Philadelphie et le Lightning de Tampa Bay.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Commençons par la bonne. Le Tricolore évite le Lightning, sa véritable bête noire cette saison. La formation floridienne a remporté ses quatre matchs contre le CH en saison.

La mauvaise ? Le Canadien devra en découdre avec les Flyers, l’équipe de l’heure dans la LNH au moment de l’interruption des activités. Et la pause n’a visiblement pas ralenti l’équipe d’Alain Vigneault.

« On vient juste de terminer notre dernière partie ! a lancé Alain Vigneault en visioconférence, visiblement surpris d’être déjà interrogé sur la perspective d’affronter le CH. On va prendre les prochaines journées pour se préparer. Mais on sait qu’ils viennent de battre Pittsburgh, qui était une des meilleures formations de la LNH. »

Avec une victoire de 4-1 contre le Lightning, les Flyers ont remporté le tournoi à la ronde qui opposait les quatre meilleures équipes de l’Est. Ce tournoi avait pour but de reclasser ces quatre équipes, et l’équipe de première place « gagnait » le droit d’affronter l’équipe la moins bien classée parmi celles qualifiées pour les séries.

Les Flyers terminent donc le tournoi à la ronde avec une fiche parfaite de trois victoires en trois matchs. Ils ont battu coup sur coup les Bruins, les Capitals et le Lightning.

Cette séquence montre donc que la séquence folle des Flyers, interrompue par la pandémie, reposait sur du concret. Montréal et Philadelphie se sont affrontés pour la dernière fois le 16 janvier, et le Bleu-blanc-rouge l’avait emporté 4-1. Entre cette défaite et l’arrêt des activités, les Flyers ont présenté la meilleure fiche de la LNH, avec 16 victoires en 21 matchs (16-4-1).

« Depuis qu’on est ici, on a essayé de trouver un équilibre entre se préparer pour le premier tour et s’assurer d’être au même point que lorsque la saison s’est arrêtée. On a progressé, on connaît maintenant notre adversaire et on va se préparer en conséquence. »

L’historique

En saison, les Flyers ont remporté deux des trois matchs, mais ces deux victoires ont été arrachées en prolongation. Dans l’un d’eux, le 7 novembre, Carey Price avait bloqué 40 des 43 tirs des Flyers, mais avait été faible sur le but de Sean Couturier en prolongation.

Ce sera la septième fois que le Tricolore et les Flyers s’affrontent en séries, mais la première depuis la finale de l’Est en 2010. De cette série, il ne reste qu’un joueur en service continu de chaque côté : Price et Claude Giroux. On pourrait ajouter James van Riemsdyk, qui est parti six ans à Toronto avant de rentrer au bercail, de même qu’Ian Laperrière, aujourd’hui entraîneur adjoint chez les Flyers.

Les retrouvailles

Les entraîneurs attireront d’ailleurs beaucoup l’attention dans cette série.

On vous parlait de Laperrière comme adjoint de Vigneault, mais un autre de ses adjoints a pour nom Michel Therrien, congédié par le Tricolore en février 2017. De l’édition actuelle du CH, Therrien a dirigé Carey Price, Shea Weber, Jeff Petry, Brendan Gallagher et Paul Byron, pour ne nommer qu’eux.

Par ailleurs, ce sera aussi un duel entre deux entraîneurs-chefs issus des Olympiques de Hull, soit Vigneault et Claude Julien. Ce sera la troisième confrontation en séries entre ces deux-là, après la finale de la Coupe Stanley 2011 (Julien avec Boston, Vigneault avec Vancouver) et la série de premier tour Canadien-Rangers. Chaque entraîneur a gagné une série.

L’autre duel à surveiller sera devant le filet. Signe qu’il commence à vieillir, Price sera confronté à Carter Hart, un gardien qui n’a jamais caché sa grande admiration pour Price. Hart fêtera ses 22 ans la semaine prochaine et il fera ses débuts en séries.

« C’est vraiment très cool. Il était mon idole quand j’étais petit, a raconté Hart après le match de samedi. J’ai eu la chance de le rencontrer et lui parler pour la première fois la semaine dernière. C’était pas mal cool. Je suis content de l’affronter. Il est très bon et ils ont de bons joueurs. »