C’est un pari bien intrigant que le Canadien a fait mardi en annonçant l’embauche de Vasili Demchenko, un gardien de 26 ans qui œuvre en KHL depuis six saisons, mais qui demeure méconnu en Amérique du Nord.

Guillaume Lefrançois Guillaume Lefrançois
La Presse

Il importe d’abord de noter que c’est un pari peu risqué. Demchenko a signé un contrat d’une seule saison, qui lui rapportera 700 000 $ s’il joue dans la Ligue nationale, et 70 000 $ s’il joue dans la Ligue américaine.

PHOTO TRAKTOR DE TCHELIABINSK

Le gardien Vasili Demchenko a passé les six dernières saisons dans la KHL et n’a jamais été repêché dans la LNH.

Et si on en croit son agent, Dan Milstein, le gardien est prêt à franchir les étapes une à la fois.

« Vincent Riendeau travaille comme dépisteur pour le Canadien, il suit sa carrière depuis longtemps et l’a souvent rencontré. Quand Vasili s’est senti à l’aise avec l’offre, il l'a acceptée », a indiqué Milstein à La Presse. [NDLR : Demchenko n’était pas disponible pour accorder des entrevues, son anglais étant très limité.]

« Il comprend que rien n’est donné, qu’il devra travailler pour obtenir sa chance. Il est prêt à commencer à Laval dans le but de devenir l’auxiliaire de Carey Price. Il est prêt à faire ce que l’équipe lui demandera de faire. »

Le gabarit

Maintenant, le pari a-t-il de réelles chances de fonctionner ? Les plus cyniques traçaient déjà des comparaisons avec Sergei Mylnikov. Ceux qui ont souffert pendant les années de vaches maigres de Nordiques vous diront que ce n’est pas flatteur.

Par contre, Mikhail Grigorenko l’a affronté lors des trois dernières saisons en KHL, et avant cela puisque les deux sont nés en 1994. Et il croit en lui.

« Je ne suis pas vraiment un spécialiste des gardiens, précise d’emblée l’ancien attaquant des Remparts de Québec, qui se joindra aux Blue Jackets de Columbus la saison prochaine. Mais c’est un bon gardien. Même s’il est dans la KHL depuis longtemps, il est encore jeune. Quand j’étais plus jeune, je jouais souvent contre lui. Lui et [Andrei] Vasilevskiy étaient les deux meilleurs gardiens de leur groupe d’âge en Russie dans le temps. Il a donc beaucoup de potentiel. »

Selon le site officiel de la KHL, Demchenko mesure 1,85 m et pèse seulement 75 kg (6 pi 1 et 165 lb). Le joueur prétend toutefois que ces chiffres sont erronés et dit peser 80 kg (176 lb).

Dans un cas comme dans l’autre, il n’a pas le gabarit rêvé, mais ce n’est pas là un obstacle incontournable, comme l’ont prouvé Ryan Miller (170 lb), Jordan Binnington (174 lb) et Tuukka Rask (176 lb) ces dernières années.

Christian Thomas a été son coéquipier cette saison et l’an dernier à Tcheliabinsk. Selon cet ancien attaquant du Canadien, il s’en tire très bien malgré sa petite taille.

« Personnellement, je ne crois pas que le gabarit soit si important, estime Thomas. Je sais qu’aujourd’hui, les gardiens de la LNH sont des monstres. Mais Vasili est confiant, toujours bien positionné et il volait des matchs pour nous. »

Est-il plus du style athlétique ou technique ? « C’est dur pour moi, ma seule expertise consistait à tirer sur lui! Mais c’était dur de le battre à l’entraînement, et c’est comme ça que je peux l’évaluer. C’était toujours un défi. Et comme on était bons amis, je tentais toujours d’en mettre un peu plus quand je tirais, et il donnait tout pour m’arrêter. Il était très compétitif. »

Statistiques en régression

En regardant ses statistiques, cependant, il est difficile d’y voir un gardien prêt à faire le saut dans la LNH.

En 2019-2020, Demchenko a partagé son temps entre le Traktor de Tcheliabinsk et le Metallurg de Magnitogorsk. Dans les deux cas, ses statistiques étaient inférieures à celles des autres gardiens.

À Tcheliabinsk

Demchenko : 7-11-1, une moyenne de 2,79, efficacité de ,908.

Ivan Fedotov : 10-16-2, moyenne de 2,10, efficacité de ,931.

Stanislav Galimov : 4-4-2, moyenne de 2,55, efficacité de ,915.

À Magnitogorsk

Demchenko : 2-6-2, moyenne de 2,71, efficacité de ,906

Vasily Koshechkin : 18-20-6, moyenne de 1,94, efficacité de ,933

Il faut toutefois noter qu’avant cela, Demchenko présentait des chiffres plus intéressants. Il a connu une séquence de trois saisons de suite avec une efficacité supérieure à ,930. En 2018-2019, il avait terminé au huitième rang de la KHL pour l’efficacité (,932).

Pour Christian Thomas, ce sont justement ces trois saisons qui brossent un portrait plus fidèle.

« En 2018-2019, c’est lui qui a mené l’équipe en séries, se souvient le fils de Steve Thomas. Mais cette saison, c’était difficile pour tout le monde. L’entraîneur-chef, Peter Skudra, ne lui faisait pas confiance. Skudra avait beaucoup de problèmes avec beaucoup de joueurs. Il ne croyait pas en Demchenko, mais pas en beaucoup d’autres joueurs non plus. »

Des options

Son arrivée donnera des options à l’organisation du Canadien. En plus de Demchenko, le CH compte trois autres gardiens qui ont en poche un contrat pour la saison 2020-2021 : Price, Charlie Lindgren et Cayden Primeau.

Michael McNiven est quant à lui joueur autonome avec compensation, après avoir passé la saison à faire la navette entre l’ECHL et la Ligue américaine. Keith Kinkaid deviendra autonome sans compensation, et on a compris que les carottes étaient cuites pour lui à Montréal quand le CH l’a gracieusement prêté à l’organisation des Hurricanes sans rien demander en retour.

Bref, Demchenko est une option de plus que le CH se donne. À moins que Marc Bergevin prenne le pari que Primeau est prêt à faire le saut, le problème de l’auxiliaire de Price demeure toutefois entier.