(Tampa) Il y a des défaites plus cruelles que d’autres, et pour les gars du Lightning, la sortie rapide du printemps dernier aura été très cruelle, sans l’ombre d’un doute. Tellement qu’Alex Killorn ne voulait plus rentrer à la maison.

Richard Labbé Richard Labbé
La Presse

« Après le dernier match, je suis resté en Floride pendant un mois et ensuite, quand je suis rentré à Montréal, ce fut un peu difficile parce que tout le monde voulait savoir ce qui était arrivé, au juste, a-t-il expliqué hier à Tampa. Mais c’est arrivé et on n’a pas le choix, il faut vivre avec. »

Le joueur québécois a fini par s’en remettre, mais ce fut un peu long. Son entraîneur Jon Cooper, lui, a eu besoin de voir que ça pouvait arriver aux autres avant de se sentir un peu mieux. « Je regardais les matchs du premier tour et je voyais les pauvres Golden Knights perdre dans de drôles de circonstances, je voyais les Penguins se faire balayer eux aussi en quatre matchs… »

Dans le cas qui nous préoccupe, la défaite cruelle, c’est bien sûr celle du Lightning au premier tour des séries, en quatre matchs face aux Blue Jackets de Columbus. La défaite a surpris pour une foule de raisons, mais en premier parce que le club de Tampa Bay venait tout juste de compléter une saison de 62 victoires, un record de la LNH, à égalité avec les 62 victoires des Red Wings de 1995-96. Ce Lightning marquait des buts à la pelle et misait sur le meilleur gardien du circuit, en plus de pouvoir miser sur le joueur le plus utile, mais tout cela a foutu le camp en l’espace de quatre petits matchs au printemps.

PHOTO AARON DOSTER, ARCHIVES USA TODAY SPORTS

Cam Atkinson (13), des Blue Jackets, célèbre un but lors d’un match de premier tour contre le Lightning, en avril dernier.

Et puis voici que le Lightning de la présente saison a des airs de club ordinaire la plupart des soirs. En fait, si les séries commençaient maintenant, le Lightning n’y serait pas.

« Tout est tombé en place pour nous la saison dernière, et je ne crois pas qu’on reverra une autre saison de 62 victoires avant un bon bout de temps, explique le capitaine Steven Stamkos. Cette saison, nous avons connu de très bons matchs… qui se sont transformés en défaites. Si on compare nos matchs du dernier mois avec nos 20 derniers matchs de l’an passé, on joue probablement mieux présentement. »

PHOTO CHRIS O’MEARA, AP

Steven Stamkos

« Ce qu’on a appris le printemps dernier, c’est que peu importe ce qu’on fait de bien en saison, il faut pouvoir aussi le refaire en séries. Alors oui, sur le coup, ce fut un choc, mais c’est ça le sport, non ? Ces choses-là arrivent. Le passé est le passé, et ici dans ce vestiaire, il n’y a plus personne qui parle de ça. »

La bonne nouvelle pour le Lightning, c’est qu’il y aura des occasions de se reprendre. Le club à l’éclair a deux matchs en main sur le Canadien, qu’il va accueillir samedi soir au Amalie Arena, avant de revoir le même club le 2 janvier au Centre Bell. De plus, les six prochains matchs du club seront contre des rivaux de l’Association de l’Est.

« Nous avons bien joué dernièrement, soutient Jon Cooper. Et je dirais que ce qui s’est passé au printemps n’est plus avec nous. Nous avons 13 matchs en 21 jours qui s’en viennent. Nous sommes encore tôt dans la saison, et nous sommes encore dans la course. S’il y a quelque chose de bon avec le printemps dernier, c’est qu’on peut s’en servir pour des fins de motivation. Je sais que plusieurs ont écrit qu’on avait changé des choses cette saison, mais non. Tout ce qui a changé, c’est que nous étions trop arrogants offensivement ; par exemple, le match où on menait 3-0 dans la série contre Columbus, on aurait pu le gagner 3-0 … mais on a cherché à le gagner 6-0. »

Enfin, et cela pourrait faire plaisir à bien du monde dans les bureaux du Centre Bell, l’élimination subite du Lightning de Tampa Bay vient nous rappeler à quel point tout est absolument possible dans l’univers fou du hockey sur glace.

« Tout peut arriver lors des séries et nous en sommes la preuve vivante », a ajouté Jon Cooper, avec brio comme d’habitude.

Le face à face

Les blessés

Canadien:
J. Armia
J. Drouin
P. Byron
M. Peca

Tampa Bay:
B. Coburn
T. Johnson

Le chiffre: 19

Le nombre de points du défenseur Mikhail Sergachev en 35 matchs cette saison.