Il y a un an, à peu près à cette date, le Canadien revenait de sa relâche poussé par un joli vent d'optimisme. L'équipe avait gagné deux matchs de suite juste avant la pause, puis, au retour, avec tout le monde bien reposé, la belle série allait sans doute se poursuivre.

Richard Labbé LA PRESSE

Eh bien non.

En fait, il y a un an, le Canadien est revenu de sa relâche en perdant quatre de ses cinq matchs suivants, une vilaine débarque dont le club n'allait point se remettre, et c'est un peu ce que l'édition actuelle cherche à éviter.

«Je me souviens de ça, a répondu Jordie Benn quand on lui a rappelé ce mauvais souvenir. Mais c'est une nouvelle saison, et puis quand on est tous revenus ici [hier matin à Brossard], tout le monde avait un sourire au visage. On a hâte que ça recommence.»

Justement, ça recommence demain, avec deux matchs en après-midi coup sur coup, comme le veut la tradition du Super Bowl ; les Devils du New Jersey sont en visite demain, puis les Oilers d'Edmonton dimanche. Le Canadien aura sous peu des jours occupés; en comptant le match de dimanche, c'est une semaine de quatre matchs qui sera à l'horaire. L'équipe aura quatre matchs à disputer dans la semaine du 17 février.

Est-ce que cette relâche a été une bonne chose, donc? Ça dépend de la personne à qui on pose la question. Personne n'a voulu donner de chiffre exact (quelle surprise!), mais le directeur général Marc Bergevin a récemment laissé entendre que plusieurs joueurs traînaient des blessures mineures, et on peut présumer que pour ces joueurs-là, une relâche sous les palmiers n'a sûrement pas nui.

Mais il y a d'autres joueurs, comme Jordie Benn, qui auraient préféré ne pas s'arrêter du tout.

«Parce que ça allait bien avant la pause, on avait un bon rythme, a ajouté le défenseur. Ce sont les joueurs de la ligue qui ont insisté pour cette relâche [depuis 2016-2017], mais en retour, ça donne un calendrier plus chargé, plus d'occasions où il y a deux matchs en deux soirs.»

C'est d'ailleurs la sempiternelle rouille qui sera à éviter pour les matchs du week-end, parce que rouille il y aura. Le gardien Carey Price a admis au terme de l'entraînement d'hier qu'il se sentait un peu tout croche, et on peut seulement présumer qu'il n'est pas le seul.

Mais avec 31 matchs à disputer, avec une course aux séries qui est loin d'être réglée, la rouille devra disparaître assez vite.

«Nous devrons nous assurer d'être mieux préparés cette fois pour éviter de revivre ce qui nous est arrivé il y a un an au retour de la pause, a expliqué le défenseur Victor Mete. On vient d'avoir un entraînement difficile [hier] et les gars ne sont peut-être pas au sommet de leur forme... mais ça va revenir. C'est une question de préparation, c'est tout.»

- - -

Des inquiétudes pour Juulsen

Il n'y a personne dans l'organisation du Canadien qui semble au courant des détails sur l'état de santé de Noah Juulsen, blessé à un oeil au Centre Bell le 19 novembre. Le lendemain, la direction du club avait confirmé une fracture au visage pour le jeune défenseur, qui a joué quatre matchs avec le Canadien en décembre avant d'être cédé à Laval, où il a joué trois matchs, mais aucun depuis le 27 décembre. Depuis, l'animateur de radio Ron Fournier, sur les ondes du 98,5 FM, a laissé entendre que la carrière de Juulsen pourrait être compromise en raison d'une blessure à un oeil, mais Claude Julien n'a pas voulu commenter la situation hier à Brossard, affirmant ne pas détenir de détails à ce sujet.

- - -

Shaw est de retour... mais n'est pas prêt à jouer

Andrew Shaw a repris l'entraînement en même temps que tout le monde, hier après-midi à Brossard. L'attaquant, qui s'est blessé au cou le 31 décembre, participait donc à un premier entraînement d'équipe depuis sa mésaventure. Shaw, qui a patiné hier en compagnie de Kenny Agostino et de Michael Chaput, n'a toutefois pas encore reçu le feu vert pour encaisser des contacts physiques. Claude Julien a confirmé qu'il n'allait pas être en mesure de jouer en fin de semaine, ni demain ni dimanche.

- - -

En bonne position pour la suite

Avec encore 31 matchs au calendrier, le Canadien se trouve en excellente position en vue des séries. En effet, sur les 31 matchs qui restent, 15 seront disputés à domicile, et seulement 11 de ces 31 matchs opposeront l'équipe à des adversaires qui, en ce moment, ont plus de points au classement. «C'est une belle occasion pour nous, a dit le défenseur Victor Mete. On veut jouer aussi bien qu'on le faisait avant la pause.»