Le Canadien et Carey Price ont ajouté un point d'exclamation à leur excellent début de saison avec une victoire convaincante de 3-0 aux dépens des puissants Flyers de Philadelphie.

Mis à jour le 17 nov. 2010
François Gagnon LA PRESSE

Price a réalisé 45 arrêts, dont 20 en période médiane, pour signer son troisième jeu blanc de la saison. Son septième en carrière. Comme il l'a fait lors des quatre derniers matchs, il a gardé son équipe dans le coup en début de partie avec des arrêts aussi solides qu'importants. L'attaque à cinq, qui a produit deux des trois buts du Tricolore, s'est ensuite occupée du reste pavant la voie à une quatrième victoire consécutive du Tricolore. Inversement, les Flyers encaissaient un premier revers en temps réglementaire en 11 rencontres.

> Le sommaire du match

> Relisez le clavardage

«Derrière toute victoire se cache une performance solide d'un gardien et Carey nous en offre d'excellentes depuis le début de l'année», a lancé le capitaine Brian Gionta après une autre solide partie.

«Carey stoppe même les rondelles qu'il ne voit pas arriver. C'est vous dire à quel point il est fort ces temps-ci», a rajouté le défenseur Jaroslav Spacek en parlant de son coéquipier décoré du titre de première étoile de la dernière semaine dans la LNH.

Brian Gionta s'est débattu en fin de rencontre pour obtenir la rondelle du match des mains de Chris Pronger. Après l'avoir reçue, le capitaine l'a remise à son gardien qui l'a aussitôt tirée dans la foule.

«C'est à lui. Il peut faire ce qu'il veut avec. Mais la prochaine fois, je ne suis pas sûr que je vais autant me débattre pour la récupérer», a lancé Gionta en riant.

«Ils ont fait ça pour moi, s'est demandé Price? Je voyais bien que ça brassait à l'autre bout, mais je ne comprenais pas. Les rondelles c'est bien beau, mais ce sont mes bâtons que je garde», a répliqué Price avec un sourire moqueur.

Retour dans les années 1970

Ce match âprement disputé a offert aux amateurs un retour aux années 1970 alors que le Tricolore et les Broad Street Bullies se livraient des guerres sans merci.

Carey Price et son vis-à-vis Sergei Bobrovsky avaient des allures de Ken Dryden et Bernard Parent. Brian Gionta, avec un but et deux passes, s'est transformé en petit Guy Lafleur. Roman Hamrlik et Jaroslav Spacek ont offert une performance rappelant celles des membres du Big Three.

Il ne manquait que les matamores de l'époque, les longs favoris qui descendaient jusqu'aux mentons et le son de l'orgue qui animait le Forum lors des arrêts de jeu, et on se serait vraiment cru 40 ans en arrière.

Bon! Il y a bien eu quelques escarmouches en fin de rencontre. Sans oublier l'assaut plus que douteux de Darroll Powe qui a envoyé Jeff Halpern à la clinique à la suite d'un coup de coude par derrière qui a projeté la tête du vétéran joueur de centre contre la baie vitrée. Mais on était loin, très loin, des rencontres au sommet entre Pierre Bouchard et Dave Schultz.

Encore le gros trio

À l'attaque, le gros trio s'est une fois encore signalé.

Tomas Plekanec (2 buts, 10 points), Brian Gionta (4 buts, 8 points) et Michael Cammalleri (2 buts, 6 points) ont prolongé à cinq leur série de matchs consécutifs avec au moins un point.

Cammalleri a marqué en milieu de première période pendant une supériorité de deux hommes. Brian Gionta a scellé l'issue de la rencontre en troisième avec une passe qui a dévié sur la lame du patin du vétéran Kimmo Timomen avant de glisser derrière le gardien Bobrovsky.

Quant à Plekanec, il a feinté une passe sur l'aile vers Travis Moen, pour ensuite surprendre le gardien avec un tir bas qu'il n'attendait pas.

«Tomas a décoché un bon tir sur ce jeu, mais donnez le crédit à Travis (Moen). S'il ne fonce pas au filet, le gardien n'a qu'à défier le tir de Tomas», a analysé Gionta.

Jaroslav Spacek et Roman Hamrlik avaient le mandat de palier la perte d'Andrei Markov qui ratait un premier match mardi soir. Il en ratera plusieurs autres alors que le Canadien a confirmé que sa blessure au genou subie samedi le confinera à l'écart du jeu pour une période indéterminée, mais prolongée.

Les défenseurs tchèques ont relevé le défi avec brio. «Nous avons fait du bon travail, mais ce qui a fait la différence ce soir est que le troisième attaquant était toujours avec nous pour éviter d'offrir des surnombres. Cela a facilité notre travail et Carey a fait le reste», expliquait Jaroslav Spacek après la partie.

Fort de cette 12e victoire de la saison, le Canadien consolide sa première place dans la division Nord-Est avec 25 points. Six de plus que les Bruins de Boston et les Sénateurs d'Ottawa.

Le Canadien disputera son prochain match jeudi, alors que Francis Bouillon et les Predators de Nashville seront les visiteurs au Centre Bell.