«Ce soir, on a vu des gars qui se sont donnés et qui se sont présentés pour gagner», a insisté Maxim Lapierre, qui n'était pas d'humeur à célébrer l'une de ses meilleures prestations de la saison.

Marc Antoine Godin LA PRESSE

«C'est dommage que ça n'ait pas encore tourné en notre faveur.»

Tout le monde connaissait l'enjeu face aux Rangers de New York. Dans la défaite, Lapierre s'est accroché tant bien que mal aux aspects positifs qui en ressortaient.

«En fin de compte, on est allés chercher un point important ce soir et on a encore un match en mains sur les Rangers», s'est-il consolé.

Lapierre, qui a assurément été le meilleur attaquant des siens, a disputé un match inspiré.

Non seulement a-t-il été dominant à court d'un homme, mais il a dominé les joueurs du Canadien avec six mises échec et a été de loin le meilleur centre de l'équipe au cercle de mise en jeu (63% d'efficacité).

Oh! Et il a marqué un but égalisateur de toute beauté en troisième!

Le centre de 23 ans a servi toute une feinte au défenseur Dan Girardi pour donner la réplique à Nikolai Zherdev, qui avait marqué moins d'une minute plus tôt.

«J'ai vu que je n'avais pas de ligne de tir alors je me suis tassé un peu, a expliqué Lapierre. Le défenseur a mordu et la rondelle s'est retrouvée au fond du filet.

«Mais quand tu ne vas pas chercher la victoire, les beaux jeux ne veulent plus rien dire...»

On doutait des motivations de Bob Gainey à employer un moteur offensif comme Kovalev aux côtés d'un centre qui s'illustre en défensive.

Mais les résultats ont été convaincants.

«Ma priorité était de bien jouer défensivement, mais quand tu joues avec Kovalev, tu sais que des chances vont se créer en avant, a noté Lapierre.

«Alex a fait un bel échec-avant et deux fois il a bloqué des passes qui nous ont permis de rester en zone adverse.»

Latendresse et Kovalev se sentaient bien

Guillaume Latendresse s'est dit satisfait à l'issue de son premier match depuis le 1er février.

Pour célébrer son retour, Latendresse s'est également fait complice d'Andrei Markov sur le troisième but du Canadien.

«Je me sentais super bien, a-t-il confié. J'ai bien protégé les rondelles en zone adverse.

«Il y a juste en deuxième période où, à cause des nombreuses punitions, j'ai beaucoup moins joué. Ça a tué mon rythme et je n'ai retrouvé mes jambes qu'en troisième.»

Un autre qui se sentait bien: Alex Kovalev.

Rétabli de la grippe qui l'a fait rater deux rencontres, Kovy n'a pas écouté Gainey et il a encore versé dans la dentelle. Sauf qu'il a marqué le premier but de son équipe, a déjoué Henrik Lundqvist en fusillade et a joué plus de 24 minutes, ce qu'il n'avait pas fait depuis le 22 novembre dernier.

«On a joué de l'assez bon hockey, mais on commet encore trop d'erreurs dans notre zone, a déploré Kovalev. On se replie à cinq joueurs, mais on trouve le moyen de ne pas protéger l'enclave, et ça laisse la porte ouverte à l'adversaire pour prendre des tirs de qualité ainsi que des retours.

«Si on était en mesure de nettoyer le devant du filet, les choses se passeraient différemment.»

Avec une mitraille de 42 lancers dirigés vers lui, Carey Price a été excellent... jusqu'à ce qu'il cède trois fois en tirs de barrage.

«N'eût été de lui, on ne se serait même pas rendus jusqu'à la fusillade», a observé Lapierre en prenant la défense de son gardien.