(Tulsa) Douleur trop forte et dernière place : c’en était trop pour Tiger Woods samedi au Championnat de la PGA, où il a décidé d’abandonner après un 3tour cauchemardesque, à l’issue duquel il a rendu une de ses pires cartes dans un tournoi majeur.

Mis à jour le 21 mai
Agence France-Presse

« Nous admirons l’effort et le courage dont a fait preuve Tiger pour participer au tournoi. Nous lui souhaitons le meilleur et qu’il continue à se remettre de ses blessures », a déclaré le président de la PGA d’Amérique, Jim Richerson.

L’annonce faite sur Twitter par les organisateurs était attendue. Quelques heures plus tôt, Woods avait laissé planer un doute qui en disait déjà long.

À la question de savoir s’il allait jouer le dernier tour ce dimanche, l’Américain de 46 ans avait répondu : « Eh bien, j’ai mal. C’est un fait. On va faire un peu de travail [avec les kinés] et voir comment ça se passe. »

Son deuxième retour, cinq semaines après celui, saisissant, réussi au Tournoi des Maîtres où il était allé au bout des 72, malgré là aussi la fatigue et la douleur, se solde donc par un abandon. Le deuxième de sa carrière en Grand Chelem, après celui survenu à l’US Open de 1995, lorsque, jeune amateur de 19 ans, à ses débuts dans ce tournoi, il s’était blessé à un poignet en essayant de faire sortir la balle d’une herbe épaisse et haute.

Pire score frôlé

Une rareté donc, mais qui ne saurait minimiser l’actuel parcours du combattant du vainqueur de 15 tournois du Grand Chelem.

Il y a 15 mois, on le croyait perdu pour le golf, après son grave accident de voiture qui faillit lui coûter sa jambe droite et avait nécessité de lui insérer une tige dans le tibia et des vis pour consolider les os du pied et de la cheville.

Si le relief de Southern Hills (Oklahoma) était moins difficile à arpenter que celui d’Augusta, les conditions climatiques ont certainement compliqué la vie de Woods, entre la chaleur moite de vendredi et l’humidité froide et venteuse qui s’est installée samedi, forcément éprouvantes pour ses articulations.

Il est apparu épuisé après ce troisième tour, son mental d’acier ayant de surcroît pris un coup, affecté par une performance abyssale assez rare de sa part, puisqu’il a rendu une carte de 79, soit neuf coups au-dessus de la normale. À un coup de son pire score en tournoi majeur, établi en 2002 au 3tour de l’Omnium britannique et réitéré au premier tour de l’US Open 2015.

« Je n’ai rien fait de bien. Je n’ai pas frappé beaucoup de bons coups. Par conséquent, je me suis retrouvé avec un score assez élevé. Je n’ai tout simplement pas bien joué », a-t-il convenu.

Objectif St Andrews

Le Tigre était déjà à la peine ces dernières 48 heures. Dos au mur au terme du premier tour avec une carte de 74, soit quatre coups au-dessus de la normale, il s’est battu vendredi pour résister à la coupure, fixée à + 4 en fin de journée. Son score encourageant de 69 lui a permis de rester dans le tournoi au 53rang (+ 3).

Samedi, pour commencer, sa balle a fait « plouf » dans l’eau à deux reprises, aux 2e et 6trous, avec boguey et triple boguey au bout. Après un autre boguey au 7e trou, il en a inscrit cinq autres consécutifs entre le 9e et le 13e. Une première de sa part dans un tournoi majeur…

Il a néanmoins réussi à sauver l’honneur, avec un oiselet au 15e sur un superbe roulé de 11 mètres. Et en a même souri, quand son superbe coup a fait exulter les spectateurs derrière les cordons.

En fin de compte, sa chute fut vertigineuse au classement, puisqu’il s’est classé 79e, avec un total de + 12. Une position invalidée du fait de son abandon.

Reste désormais à savoir ce que compte faire Woods dans les semaines qui viennent. L’US Open aura lieu dans un mois. S’il n’a pas vraiment évoqué ce rendez-vous, il a en revanche fait de l’Omnium britannique à St Andrews, en Écosse, son objectif.

Consultez le classement avant la dernière ronde (en anglais)