Sebastian Vettel a permis à Ferrari de monopoliser la première ligne de la grille de départ en décrochant la pole position du Grand Prix de Formule 1 de Russie, samedi, devant son coéquipier Kimi Raikkonen.

James Ellingworth ASSOCIATED PRESS

« Si tu parviens à trouver ton rythme ici, ça devient fantastique », a expliqué Vettel.

L'Allemand a enregistré un chrono d'une minute et 33,194 secondes, signant du même coup sa première position de tête depuis le Grand Prix de Singapour en 2015. Il s'agissait également de sa 47e pole en carrière en F1, et elle a mis un terme à une séquence de 18 positions de tête récoltées par Mercedes.

« Avant le week-end, nous pensions que ça irait probablement mieux qu'au Bahreïn, a mentionné Valtteri Bottas, qui partira troisième. De toute évidence, c'est décevant de ne pas avoir pu obtenir la pole. »

Vettel a retranché 0,059 seconde au chrono de Raikkonen, l'empêchant ainsi de signer sa première pole en neuf ans. Le Finlandais, qui est surnommé « Iceman » en raison de son tempérament taciturne, a simplement confié être « plus heureux que lors des séances de qualifications précédentes ».

Lorsqu'il a réalisé qu'il venait d'obtenir la première place sur la grille de départ, Vettel a poussé un cri de joie sur les ondes de la radio d'équipe et remercié énormément Ferrari en Italien. L'écurie italienne venait de s'emparer de la première ligne de la grille de départ pour la première fois depuis le Grand Prix de France en 2008 - Raikkonen était parti de la première place, aux côtés de son coéquipier de l'époque, Felipe Massa.

Le quadruple champion du monde visera une troisième victoire cette saison dimanche, afin de creuser l'écart en tête du championnat devant le pilote Mercedes Lewis Hamilton.

« Je savais que nous étions forts, je savais que nous pouvions le faire, mais je ne savais pas à quel point nous l'étions par rapport à eux [Mercedes] », a lancé Vettel, visiblement satisfait de la tournure des événements.

Derrière la première ligne monopolisée par la Scuderia, Bottas et Hamilton ont respectivement pris les troisième et quatrième places. Cela n'a pas empêché Bottas de mettre Ferrari en garde pour la course.

« Partir de la deuxième ligne ici, ce n'est pas si mal, a confié Bottas. C'est long avant d'atteindre le premier virage. »

Vettel avait suggéré vendredi que Mercedes ait caché son jeu à Ferrari lors des essais libres. En dépit du fait qu'ils ont été exclus de la première ligne, Bottas et Hamilton ont pu rétrécir l'écart derrière l'écurie italienne - le Finlandais est passé à seulement 0,095 seconde du temps de Vettel.

Ce résultat met donc la table pour un Grand Prix enlevant, surtout que Mercedes a gagné les trois courses à Sotchi depuis l'ajout du Grand Prix de Russie au calendrier en 2014. Hamilton en fut d'ailleurs le vainqueur à deux reprises.

Le top 5 a été complété par le pilote Red Bull Daniel Ricciardo, devant Massa (Williams).

Stroll 11e



Le pilote québécois Lance Stroll a signé le 12e temps, mais en vertu d'une pénalité imposée lors du dernier Grand Prix au pilote Toro Rosso Carlos Sainz fils, il s'élancera de la 11e place.

Sur sa Williams, Stroll a complété 18 tours et signé un temps d'une minute et 35,964 secondes. Ce chrono ne fut toutefois pas suffisant pour lui permettre d'atteindre la troisième portion de la séance de qualifications (Q3), puisque seuls les 10 meilleurs y accédaient.

Comme ce fut le cas la veille en essais libres, Stroll a de nouveau signé la plus haute vitesse de pointe sur le circuit qui ceinture le Parc olympique de Sotchi, à 331,3 km/h. Cette vitesse a surpassé celles du pilote Ferrari Kimi Raikkonen (331,1) et du pilote Mercedes Lewis Hamilton (330,3).

Comme il l'avait mentionné la veille, Stroll a profité des conditions météorologiques favorables - il faisait 21 degrés Celsius sous un ciel ensoleillé et aucun nuage à l'horizon - pour chausser les gommes ultra-tendres. La plupart des pilotes ont adopté la même stratégie que lui en qualifications.

Après avoir aisément franchi Q1, Stroll est retourné en piste dès les premiers instants de Q2 en compagnie de son coéquipier Felipe Massa. Le Brésilien a provisoirement signé le deuxième temps, et la recrue le sixième, sauf qu'ils ont progressivement glissé au classement au fur et à mesure que la séance progressait. Stroll s'est alors retrouvé sur la corde raide, au 10e rang.

Le pilote Force India Sergio Perez, qui n'avait pas signé de temps en Q2 jusque-là, est cependant sorti au dernier instant et a effectué un seul tour lancé qui lui a permis de se faufiler devant le Canadien. Stroll a alors tenté une dernière fois d'accéder à Q3, mais il n'a pu améliorer son temps et a été éliminé.

La première portion de la séance de qualifications (Q1) s'est conclue lorsque le pilote Renault Jolyon Palmer a perdu la maîtrise de sa voiture et heurté de plein fouet le muret de sécurité dans le virage no 4. Palmer partira 16e.

- Avec La Presse canadienne

Grille de départ

1re ligne :

Sebastian Vettel (GER/Ferrari)

Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari)

2e ligne :

Valtteri Bottas (FIN/Mercedes)

Lewis Hamilton (GBR/Mercedes)

3e ligne :

Daniel Ricciardo (AUS/Red Bull-TAG Heuer)

Felipe Massa (BRA/Williams-Mercedes)

4e ligne :

Max Verstappen (NED/Red Bull-TAG Heuer)

Nico Hülkenberg (GER/Renault)

5e ligne :

Sergio Pérez (MEX/Force India-Mercedes)

Esteban Ocon (FRA/Force India-Mercedes)

6e ligne :

Lance Stroll (CAN/Williams-Mercedes)

Daniil Kvyat (RUS/Toro Rosso-Renault)

7e ligne :

Kevin Magnussen (DEN/Haas-Ferrari)

Carlos Sainz Jr (ESP/Toro Rosso-Renault)

8e ligne :

Fernando Alonso (ESP/McLaren-Honda)

Jolyon Palmer (GBR/Renault)

9e ligne :

Pascal Wehrlein (GER/Sauber-Ferrari)

Marcus Ericsson (SWE/Sauber-Ferrari)

10e ligne :

Romain Grosjean (FRA/Haas-Ferrari)

Stoffel Vandoorne (BEL/McLaren-Honda)