(Rio de Janeiro) Un rapport environnemental, paru mardi, a pointé de nombreuses « erreurs » et « omissions » dans le projet de construction d’un nouveau circuit de Formule 1, qui entraînerait le déboisement d’une forêt tropicale à Rio de Janeiro au Brésil.

Agence France-Presse

Ce rapport de l’INEA, organe public de protection de l’environnement de l’État de Rio, considère qu’il serait possible de construire l’autodrome « sur d’autres lieux présentant des caractéristiques écologiques moins complexes, avec moins d’impact sur la biodiversité ».

Ce document devrait peser dans la décision d’une commission de concéder ou non une licence environnementale pour le projet, lors d’une réunion qui pourrait avoir lieu dans les semaines à venir.  

La licence environnementale est le dernier obstacle qui empêche la construction de ce circuit, un projet fortement soutenu par le maire de Rio, Marcelo Crivella, et le président d’extrême droite Jair Bolsonaro.

« Les nombreuses erreurs ou omissions de l’étude d’impact environnemental (présentée par le consortium Rio Motorsports, qui souhaite construire le circuit) ont semé des incertitudes » quant à l’impact réel de ce projet très critiqué par les écologistes, a souligné le rapport.

Sollicité par l’AFP, le consortium Rio Motorsports a dit préférer s’abstenir de tout commentaire « avant la conclusion du processus » de concession de la licence environnementale.

180 000 arbres seraient abattus

« Chacune des 192 pages de ce rapport se montre clairement en faveur de la préservation de la forêt », a réagi dans un communiqué SOS Floresta Camboata, collectif qui s’oppose à la construction du circuit sur un site de près de 200 hectares de forêt tropicale native. Selon ce collectif, ce projet entraînerait la coupe de près de 180 000 arbres.

D’après le site spécialisé Motorsports.com, Rio aurait été inclus dans un calendrier provisoire d’une saison 2021 à 23 Grand Prix lors d’une réunion lundi, sous réserve de l’obtention de la licence environnementale.

Le Grand Prix du Brésil avait lieu jusqu’à présent sur le circuit d’Interlagos, à Sao Paulo, dont le contrat avec la F1 expire cette année. L’édition 2020 a été annulée en raison du coronavirus.  

Joao Doria, gouverneur de Sao Paulo et adversaire politique du président Bolsonaro, assure mettre tout en œuvre pour qu’Interlagos soit maintenu comme circuit officiel de la F1 au Brésil.

Lewis Hamilton s’oppose au projet

En octobre, le sextuple champion du monde de F1 Lewis Hamilton, fervent défenseur de l’environnement, s’était dit opposé au projet de construction de ce nouveau circuit.

Mon opinion est que le monde n’a pas besoin d’un nouveau circuit.

Lewis Hamilton, en marge du Grand Prix de l’Eifel, en Allemagne.

« Je ne sais pas quels sont les détails (du projet). J’ai entendu dire qu’il serait potentiellement respectueux de l’environnement. Mais la chose la plus durable que vous puissiez faire est de ne pas couper des arbres, particulièrement en période de pandémie et de crise mondiale », a-t-il insisté.

Lors d’une audience publique en ligne en août dernier, Viviane Senna, sœur du légendaire pilote brésilien Ayrton Senna, décédé en 1994, avait affirmé que « s’il était vivant, (son) frère n’aurait certainement pas approuvé la construction d’un circuit de F1 sur ce terrain ».