Le pilote Ferrari Sebastian Vettel doit rebondir au Grand Prix de Formule 1 de Singapour, à l'endroit même où ses rêves de conquérir le championnat des pilotes se sont effondrés l'an dernier.

Mis à jour le 13 sept. 2018
JÉRÔME PUGMIRE ASSOCIATED PRESS

Vettel semblait en voie de reprendre la tête du championnat aux dépens de Lewis Hamilton sur le circuit urbain de Marina Bay l'an dernier, après être parti de la position de tête, mais il a provoqué un carambolage et a éventuellement été contraint à l'abandon. Hamilton a évité la casse, en dépit du fait qu'il partait du cinquième rang, en route vers la victoire.

L'incident a carrément brisé les reins de Vettel. Hamilton a gagné deux des trois courses suivantes et scellé sa conquête du championnat avec un impressionnant coussin de 46 points.

Ça semble être du réchauffé pour l'Allemand, qui accuse un déficit de 30 points sur Hamilton à l'approche de la course de dimanche. Hamilton a gagné trois des quatre dernières courses et dominé Vettel 93-55 au chapitre des points acquis.

Néanmoins, Vettel est confiant de pouvoir renverser la vapeur - à condition qu'il garde son sang-froid.

« Je suis mon pire ennemi. Nous disposons d'une très bonne voiture, a convenu Vettel jeudi. De toute évidence, il (Hamilton) mène en ce moment, il est l'homme à battre, mais nous aurons nos opportunités. Nous devons nous concentrer sur la tâche à accomplir, et si nous faisons cela, alors nous aurons de bonnes chances de bien faire. »

La chaleur et l'humidité accablantes contribuent à rendre le sinueux circuit de Singapour très exigeant pour les pilotes - même en pleine nuit.

« Je crois que c'est la course la plus difficile du calendrier, tant mentalement que physiquement, a reconnu Vettel. Tu as toujours l'impression que tu n'es pas prêt à l'affronter. »

Il devra cependant l'être dimanche, compte tenu du nombre de points qu'il a laissé filer plus tôt cette saison.