Max Verstappen était tout sourire, hier soir, à la vue des quelques journalistes et amateurs de Formule 1 qui pouvaient, l'espace d'un moment, se mettre dans les souliers des techniciens de l'une des meilleures écuries du monde.« Sincèrement, ils n'étaient pas si mauvais ! Peut-être que s'ils s'exerçaient davantage avec nos techniciens, ils pourraient prétendre au poste. Sait-on jamais ! », a ensuite lancé à la blague le pilote.

Mis à jour le 7 juin 2018
Louis-Philippe Trozzo
Louis-Philippe Trozzo LA PRESSE

Ce bain de foule a selon toute apparence fait un grand bien au jeune prodige néerlandais, qui connaît quelques difficultés sur le circuit cette saison. Lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan, notamment, Verstappen a été coupable d'un accrochage avec son coéquipier chez Red Bull, l'Australien Daniel Ricciardo, qui a coûté la course aux deux pilotes.

Sortie de piste

Puis, la semaine dernière à Monaco, il est sorti de piste à la toute fin des essais libres, une bourde survenue trop tard pour que les mécaniciens de l'écurie autrichienne puissent réparer son bolide à temps pour les qualifications.  Résultat : Verstappen s'est élancé de la toute dernière position.

Malgré tout, le jeune coureur automobile ne compte pas changer son approche, à l'aube du Grand Prix du Canada.

« Je vais aborder la course de dimanche comme je l'ai toujours fait. Ce n'est pas tant que nous avons des choses à changer ; nous devons plutôt connaître de meilleures courses. Je reconnais que j'ai besoin d'un peu plus de finesse, mais c'est le genre d'incidents qui arrivent. À partir de maintenant, nous devons laisser les contre-performances derrière nous et regarder vers l'avant », a commenté Verstappen, soulignant qu'un peu plus de chance serait aussi bienvenue.

En 2015, à l'âge de 17 ans et 166 jours, Verstappen est devenu le plus jeune pilote de l'histoire à prendre part à un Grand Prix. Si bon nombre de pilotes qui ont fait le saut en F1 à un très jeune âge ont historiquement connu peu de succès, le Néerlandais est impressionnant depuis ses débuts.

La fougue a un prix

Sa deuxième saison a été particulièrement faste, alors qu'il a terminé avec un total de sept podiums et 204 points, lui valant le cinquième rang au classement général. Il est aussi devenu le plus jeune pilote à remporter un Grand Prix, à Barcelone.

Malheureusement pour Verstappen, ses dernières bourdes ont quelque peu porté ombrage à ses récents succès, lui valant même les foudres des dirigeants de Red Bull, à commencer par le grand patron de l'écurie, Christian Horner, qui a affirmé au cours de la semaine que son protégé tentait d'en faire un peu trop avec sa monoplace et qu'il payait pour son manque d'expérience sur le circuit.

Interrogé à savoir s'il traversait la première période creuse de sa jeune carrière, Verstappen a répondu : « Ça ne peut pas toujours bien aller. Je pense aussi que c'est normal. Ça arrive à tous les pilotes dans leur carrière, même aux meilleurs. Il ne faut simplement pas se laisser abattre. C'est la clé du succès, selon moi. »

Si ses débuts sont garants d'un brillant avenir, Verstappen est bien conscient qu'il a encore beaucoup à apprendre.

« Bien franchement, toutes les courses sont formatrices. Tu apprends même des courses qui se déroulent bien. Si j'espère remporter le championnat des pilotes un jour, je dois encore parfaire plusieurs aspects de ma conduite », a-t-il affirmé.

D'ici là, le coureur automobile dit n'avoir en tête qu'un bon résultat au Grand Prix du Canada, idéalement un podium.