(Boston) Jaylen Brown a inscrit 27 points et les Celtics de Boston ont pris une avance de 2-1 en finale de la NBA, mercredi, infligeant un revers de 116-100 aux Warriors de Golden State.

Mis à jour le 9 juin
La Presse Canadienne

Brown a obtenu 17 points au premier quart pour les Celtics, qui prennent part à la finale pour la première fois depuis 2010.

Jayson Tatum a ajouté 26 points, deux de plus que Marcus Smart.

Smart a été au cœur d’une grande performance défensive qui a vu les Warriors être muselés au quatrième quart. Avec seulement 11 points, il s’agit du troisième total le plus bas dans un match de la finale depuis l’introduction du chronomètre des tirs.

« Lors du match no 2, ils ont pris les rênes de la rencontre, a noté Smart. Pour nous, cela a laissé un goût amer. Nous voulons être une équipe reconnue pour son jeu physique et défensif. Ça nous a réveillés.

Les Celtics ont porté leur fiche à 6-4 à domicile, contrairement à 8-3 sur la route, depuis le début des séries. Les Celtics n’ont pas perdu deux matchs de suite depuis la fin du mois de mars.

Brown a livré un match de quatre en huit pour les tirs de trois points.

Tatum y est allé de neuf passes et Robert Williams a capté 10 rebonds.

Stephen Curry a mené les Warriors avec 31 points, dont six tirs de trois points. Klay Thompson a inscrit 25 points, sept de plus que le Canadien Andrew Wiggins.

Malgré que les Warriors eurent connu du succès avec leurs lancers, les Celtics les ont dominés physiquement 47-31 au niveau des rebonds.

« Quand tu permets à une équipe d’être confortable, surtout à la maison — et devant tous leurs partisans — ça devient difficile », a lancé Draymond Green, qui a été insulté par les spectateurs tout au long de la rencontre.

Le quatrième match aura lieu vendredi soir, de nouveau au TD Garden.

Boston menait 68-56 à la demie.

Au troisième quart, un tir de trois points de Curry a donné aux Warriors une priorité de 83-82, leur premier coussin depuis 2-0.

Les Celtics ont tout de même conclu l’engagement en avance de peu, 93-89.

Tôt au dernier quart, les Celtics ont porté leur avance à 98-89 quand Smart a visé juste d’au-delà du périmètre, via le panneau.

Smart a réussi un autre tir au long cours avec 5 : 05 au cadran : Boston prenait alors le contrôle bien solidement, 110-96.

Lors de l’échauffement, les Warriors trouvaient que leur panier n’était pas à la bonne hauteur.

Une perche de 10 pieds a été amenée et on a vu que le panier était trop haut de quelques pouces. La situation a vite été corrigée.

L’entraîneur des Warriors, Steve Kerr, a dit avant le match qu’il n’était pas au courant du problème, mais que ça arrivait de temps en temps.

« Les joueurs ont un œil très aiguisé. Ils vont remarquer des choses comme ça, a dit Kerr. Tant que c’est réglé, ça va. »

Kerr a profité de l’occasion pour lancer une petite flèche à la ligue, au sujet de l’heure tardive où débutent les matchs (toujours après 21 h sauf le week-end, où c’est 20 h).

« C’est une bonne chose que le match commence à minuit, a lancé Kerr, faisant rire les journalistes. Ils auront amplement le temps de le réparer. »

Champions de la NBA 17 fois, les Celtics ont un historique de certaines manigances à Boston, selon certains.

Red Auerbach, qui a été l’entraîneur, le directeur général et le président des Celtics, a souvent été soupçonné de machinations au vieux Garden.

On disait qu’il coupait l’eau chaude dans le vestiaire des visiteurs, ou bien qu’il créait des points morts dans la surface de jeu.

Membre de l’équipe championne des Celtics en 1986, Bill Walton n’a pas flairé de combine douteuse.

« Je suis surpris que Steve n’ait rien dit à propos de Red Auerbach », a dit Walton, un membre du Panthéon.