(Los Angeles) La supervedette de la NBA LeBron James s’est fait vacciner contre la COVID-19, mais refuse d’encourager qui que ce soit à faire comme lui, car il estime que ce n’est pas son rôle, a-t-il affirmé mardi lors de la journée des médias des Lakers de Los Angeles.

Agence France-Presse

« Je ne peux parler qu’en mon nom. Chacun a le choix de faire ce qu’il pense être bon pour lui et sa famille. Je reconnais que j’étais très sceptique, mais après avoir fait mes propres recherches, j’ai pensé que c’était le mieux pour moi, ma famille et mes amis. C’est pourquoi j’ai décidé de le faire », a-t-il dit face aux journalistes.  

C’est la première fois que James s’exprime publiquement sur son choix. Plus tôt cette année, il avait à plusieurs reprises refusé de dire s’il se ferait vacciner ou pas, arguant que cela appartenait à la sphère privée. Mais son scepticisme sur la vaccination était en revanche connu.

Depuis deux jours que se déroulent les journées des médias des différentes franchises de la NBA, le sujet de la non-vaccination chez une minorité des joueurs de la Ligue, 10 % selon un recensement officiel, est sur toutes les lèvres.

Certaines vedettes ont ouvertement affirmé qu’elles refusaient d’être vaccinées, tel Bradley Beal (Washington) qui a depuis légèrement rétropédalé en disant qu’il se posait « toujours la question ».

Kyrie Irving lui refuse de dire s’il l’est, mais son absence lors de la journée des médias des Nets de Brooklyn, lundi au Barclays Center, n’a laissé guère de place au doute : il n’en avait pas l’autorisation, un décret de la Ville de New York imposant aux sportifs professionnels de prouver qu’ils ont reçu au moins une dose du vaccin pour pouvoir pénétrer dans les enceintes de leur club.  

« Ce n’est pas mon travail »

À la question de savoir s’il ne lui incombait pas, compte tenu de son statut de plus grande vedette de la NBA, d’encourager les joueurs, mais aussi les gens qui ne sont pas vaccinés, de franchir ce pas, James a refusé d’endosser ce rôle.  

« Là on parle du corps des individus. Il ne s’agit pas de politique, de racisme ou de brutalités policières. Il s’agit du bien-être des gens. Je ne pense pas que je devrais me mêler de ce que les gens font pour leur corps. C’est comme si je disais qu’untel devrait prendre ce travail ou pas », a-t-il argué.  

« Vous devez faire ce qui est le mieux pour vous et votre famille. Je sais ce que j’ai fait pour moi et ma famille, je sais ce que certains de mes amis ont fait pour eux et leur famille. Mais pour ce qui est de parler au nom de tout le monde, ce n’est pas mon travail », a-t-il appuyé.

« LBJ », qui portera le N.6 cette saison, comme cela était le cas entre 2011 et 2014 avec le Heat de Miami (deux titres en 2012 et 2013), en espérant que cela le mène à une cinquième bague de champion, a assuré que la vaccination « n’a jamais été un sujet abordé collectivement » avec les autres joueurs des Lakers.

« Mais au bout du compte, on essaie toujours de se protéger mutuellement et de se mettre dans les meilleures conditions possibles pour être disponible pour ses coéquipiers et pour ce que nous devons faire sur le terrain. Le but ultime est de gagner un championnat et la première chose à faire, c’est être en bonne santé, ce qui est le plus important », a-t-il conclu.