La finale de la NBA opposera les Lakers de Los Angeles, largement favoris, à l’équipe Cendrillon qu’est le Heat de Miami.

Jean-François Tremblay
La Presse Canadienne

Le premier match aura lieu mercredi à 21 h (RDS, TSN et ABC).

Voici un aperçu des forces en présence, d’abord du côté des Lakers.

LeBron James participera à sa 10e finale, incluant des titres avec Miami, en 2012 et en 2013, et avec l’équipe de son coin de pays, les Cavaliers de Cleveland, en 2016.

À 35 ans, il veut ajouter un joyau de luxe à sa couronne : un championnat avec les Lakers, l’un des clubs les plus célèbres et prestigieux de l’histoire de la NBA. Il dispute sa deuxième saison avec les Lakers. Avant 2020, ces derniers n’avaient pas atteint les séries éliminatoires depuis 2013.

James fait sa grande part en séries avec une moyenne de 26,7 points par match, cette année. Anthony Davis en fournit encore plus (28,8) ; avant d’être échangé aux Lakers, en juillet 2019, il a disputé ses sept premières saisons avec les Pelicans de La Nouvelle-Orléans.

Les jeunes Kyle Kuzma et Alex Caruso apportent de bonnes contributions au groupe de Frank Vogel. Les vétérans Rajon Rondo et Danny Green ont remporté un titre de la NBA avec Boston en 2008 et Toronto en 2019, respectivement.

Il s’agit de la première année de Vogel en poste. C’est toutefois sa neuvième saison à la barre d’un club, en incluant des passages en Indiana et à Orlando.

« Ils sont coriaces »

Chez le Heat, Jimmy Butler a finalement sa chance en ronde ultime, à sa 10e saison dans le circuit. Lui et le Slovène Goran Dragić forment un duo d’impact avec une vingtaine de points par match, en moyenne.

Bam Adebayo, qui s’est blâmé à la suite du revers lors du cinquième match contre Boston, en finale de l’Association de l’Est, a rebondi en récoltant 32 points dans le gain qui a écarté les Celtics. Il peut briller dans presque tous les aspects du jeu.

« Il n’est pas en train de révéler son talent maintenant, il est déjà un joueur vedette, a dit Vogel en vidéoconférence, lundi. Je l’ai côtoyé un peu lors du week-end des étoiles [en février]. Il a beaucoup de talent, mais c’est aussi un jeune homme formidable.

« Il correspond à merveille au nouveau profil d’un centre de la NBA. Sa polyvalence est remarquable. Il peut tout faire. Il est l’une des grandes raisons de leurs succès. »

PHOTO MARK J. TERRILL, ASSOCIATED PRESS

Bam Adebayo

Tyler Herro a étourdi Boston avec 37 points lors du quatrième match. La recrue a aussi obtenu 11 points au dernier quart lors du sixième match. Duncan Robinson, lui, a connu des matchs de 20, 18 et 15 points en finale de l’Association de l’Est.

Andre Iguodala a aidé Golden State à remporter trois fois le trophée Larry O’Brien. Lors du dernier match face aux Celtics, il a réussi 15 points, dont une fiche de 4 en 4 pour les tirs de trois points.

L’entraîneur-chef Erik Spoelstra dirige le Heat depuis avril 2008. Il a succédé à Pat Riley, qui est le président du Heat depuis 1995.

En saison, le Heat a fini cinquième dans l’Association de l’Est avec un dossier de 44-29 ; il s’agit de la première fois qu’une équipe classée cinquième accède à la finale de la NBA.

« Ils peuvent vous battre de plusieurs façons, a confié Vogel. Ils tirent bien, ils sont coriaces et ils sont extrêmement bien dirigés. J’ai énormément de respect pour Spo. Nous allons devoir être à notre mieux pour les battre. »

Les Lakers ont mené l’Association de l’Ouest avec un rendement de 52-19.