(Lake Buena Vista) Depuis le début des séries, le Heat misait souvent sur une formule étant loin d’être idéale : devoir effacer un déficit après le premier quart.

Tim Reynolds
Associated Press

Ce n’est pas durable et les Celtics l’ont montré lors du troisième match de la finale de l’Est, conservant une avance acquise après 12 minutes.

Miami est tout de même en tête 2-1, à l’aube du quatrième match (mercredi, 20 h 30).

Le Heat insiste sur le fait qu’il y aura davantage un sentiment d’urgence, en début de rencontre.

« Nous devons simplement mieux commencer, a dit Jimmy Butler. Nous n’avons pas amorcé les matchs comme nous en sommes capables. Il revient aux cinq partants de faire mieux à ce niveau. »

Avant le troisième match, Miami avait une fiche de 8-0 en séries lorsqu’en retard après le premier quart – en comparaison à 10-16 en saison régulière, dans le même contexte.

Boston a remporté les premiers quarts avec un score combiné de 88-68 ; les Celtics y ont réussi 54 % de leurs tirs, contre 32 % pour Miami.

« C’est sûr que ça aiderait de connaître un bon départ, a déclaré l’entraîneur du Heat, Erik Spoelstra. En finale de l’Est, contre un adversaire de qualité, il faut être plus constants. »

Boston a surclassé Miami 50-18 au niveau des paniers de deux points au premier quart.

Les équipes ont eu trois jours de congé depuis le match 3 – pour que la finale de l’Ouest rattrape celle de l’Est, au chapitre des matchs disputés.

Jayson Tatum, des Celtics, a offert une raison simple pour laquelle Boston devrait garder les réflexes aiguisés.

« Nous sommes encore en déficit (2-1), a-t-il dit. Dans une série, il n’est jamais le temps de se détendre avant que ce soit fini. Nous devons juste y aller un match à la fois. »

Boston a quatre joueurs ayant une moyenne d’au moins 20 points dans la série : Jayson Tatum à 25,3, Jaylen Brown à 21,3, Kemba Walker à 21,0 et Marcus Smart à 20,0.